yes, therapy helps!
Le mythe du TDAH: qu'est-ce que Leon Eisenberg a réellement dit avant de mourir?

Le mythe du TDAH: qu'est-ce que Leon Eisenberg a réellement dit avant de mourir?

Juillet 16, 2024

Le 15 septembre 2009, Leon Eisenberg, psychiatre américain reconnu et reconnu, mourut des suites de son cancer.

Plus tard, en particulier en 2012, le journal Der Spiegel déchaînerait une grande controverse en publiant un article tiré de la dernière interview offerte par m. Eisenberg, identifiant le professionnel comme étant le découvreur du TDAH et indiquant dans l'article que le célèbre psychiatre avait reconnu que le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention ou le TDAH était une maladie inventée.

Avant d’attirer votre attention sur la controverse suscitée par une telle affirmation, rappelez-vous de ce dont nous parlons en parlant du TDAH.


Trouble déficitaire de l'attention et de l'hyperactivité: de quoi parle-t-on?

Il est compris par le TDAH un ensemble de symptômes divers regroupés autour d'inattention, d'hyperactivité et d'impulsivité , se présentant de manière stable pendant une période d’au moins six mois.

Les symptômes du TDAH

Pour le diagnostic du TDAH, il a été établi qu'il doit y avoir au moins six symptômes d'inattention (insouciance des détails, difficultés à maintenir l'attention, esprit occupé qui n'écoute pas, pas d'achèvement ou du suivi de tâches ou d'instructions de distraction, difficultés d’organisation, perte d’éléments, évitement des tâches subies au fil du temps, distraction facile, oubli des activités quotidiennes) et / ou six symptômes d’hyperactivité et d’impulsivité (jeu constant, se lever dans des circonstances où il faut rester assis, agitation motrice, élocution excessive, difficulté à attendre le quart de travail, interruption des activités des autres, anticipation de la réaction de l'autre dans une conversation, fin des phrases des autres, incapacité de jouer en silence, course dans des situations inappropriées).


Certains de ces symptômes peuvent sembler normaux à certains âges, mais pour le diagnostic du TDAH, ils doivent être maintenus pendant six mois à un degré qui ne correspond pas au niveau de développement du sujet, en tenant compte de l'âge et du niveau intellectuel du sujet. . C'est-à-dire que, dans le diagnostic, il est ou devrait être pris en compte que les symptômes apparaissent anormalement ou exagérément. Il est également tenu compte du fait que la symptomatologie ne se produit pas dans un seul environnement ni dans une seule situation, mais se présente plutôt de manière généralisée dans au moins deux environnements différents (le fait de ne pas le faire n’a donc été observé qu’à l’école), ce qui entraîne une nette détérioration de la activités de l'individu.

Bien que, pour le diagnostic, il soit nécessaire qu'il y ait eu des symptômes avant l'âge de sept ans, le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention peut être diagnostiqué à tout âge, y compris au stade adulte.


Dans ce dernier aspect, nous devons garder à l’esprit que, même si certains aspects du TDAH semblent être corrigés avec l’âge (la maturation cérébrale du frontal se produisant, elle est généralement ralentie dans ce trouble), en particulier en cas de symptômes d’hyperactivité. , Dans de nombreux cas non traités, certains symptômes persistent, tels qu'une capacité d'attention réduite et un certain sentiment d'inquiétude interne.

Leon Eisenberg: Pourquoi est-il appelé le découvreur du TDAH?

De nombreuses publications semblent indiquer que M. Eisenberg était le découvreur du TDAH . Cette considération n’est pas tout à fait correcte: bien que le Dr Eisenberg ait eu une grande pertinence dans l’étude de ce trouble, le TDAH est un trouble connu depuis l’antiquité, faisant référence aux symptômes et cherchant à être expliqué par des auteurs précédents, bien qu’il ait été qualifié de différent. des formulaires. En fait, le «découvreur du TDAH» a lui-même indiqué à l'occasion que le trouble était déjà bien connu avant d'y avoir travaillé: il existe des références aux enfants présentant les mêmes symptômes depuis 1902 par George Still (qui les classerait comme enfants déficitaires). contrôle moral) et même des descriptions antérieures à celle-ci.

Malgré cela, M. Eisenberg a joué un rôle très important dans la prise en compte de ce trouble : était un pionnier dans l'importance accordée aux facteurs génétiques dans l'étiologie de ce trouble (avant de poursuivre ses recherches avec d'autres auteurs dans une perspective plus biologique et neuroanatomique, certaines des explications étiologiques du trouble étaient centrées sur l'absence d’un lien socio-affectif correct avec les parents, en particulier avec la mère, avec laquelle les parents du trouble de leur enfant ont été partiellement blâmés), ainsi que par l’introduction du TDAH dans le manuel de référence de la psychiatrie et de la psychologie américaines, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ou DSM.Ce dernier fait est probablement ce qui a parfois valu à Leon Eisenberg le titre de découvreur du TDAH.

L'article de discorde

Cela dit, concentrons-nous à nouveau sur l'origine de cet article: la confession présumée de sa non-existence. Dans l'article paru dans le journal Der Spiegel les mots de la personne interrogée semblent clairs, mais ils semblent décontextualisés, car ils sont faciles à déformer le sens qu'ils avaient dans leur contexte initial. En fait, une partie du problème repose sur une interprétation erronée du sens des mots dans leur traduction anglais-allemand. L'interview en question visait également à examiner l'augmentation du nombre de diagnostics de troubles mentaux au cours des dernières années.

Avec un examen plus contextualisé de la situation de l’entretien, il est possible d’observer que la critique du soi-disant découvreur du TDAH était axée sur l’augmentation spectaculaire du nombre de nouveaux cas supposés du problème.

Ainsi, le psychiatre bien connu a fait référence au surdiagnostic de ce trouble , dans de nombreux cas pharmacologiques dans lesquels le désordre n’existe pas et dans lesquels des symptômes peuvent survenir peuvent être dus à des facteurs psychosociaux, tels que le divorce des parents, des changements de localité ou de mode de vie ou d’autres pertes personnelles (auquel cas TDAH ne devrait pas être discuté sauf s’il s’agissait d’un problème sans rapport avec les événements de la vie en question).

Un autre point critique est la tendance excessive à prescrire des médicaments, car bien que cela puisse être d'une grande aide pour ceux qui en souffrent, il peut être désavantageux de l'administrer à des personnes ne présentant pas ce trouble. En outre, il est nécessaire de prendre en compte le fait qu’il s’agit généralement de mineurs, avec lesquels il est nécessaire de faire particulièrement attention lors de l’administration de psychotropes. En outre, lors du même entretien, il a été indiqué que même s’il existait des signes d’une prédisposition génétique à ce trouble, il était surévalué et nécessitait davantage de recherches sur les causes psychosociales.

Une critique du surdiagnostic

En conclusion, on peut considérer que l'article qui indique que le Dr Eisenberg a nié l'existence du TDAH est le produit d'une interprétation erronée de ses propos , n'ayant pas indiqué au psychiatre que le trouble n'existait pas mais qu'il était diagnostiqué avec une urgence excessive, faisant le diagnostic dans les cas qui ne le souffrent pas.

Références bibliographiques:

  • Association américaine de psychiatrie. (2013). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Cinquième édition. DSM-V. Masson, Barcelone.
  • Barkley, R. (2006). Trouble de l'hyperactivité de l'attention / déficit, troisième édition: manuel de diagnostic et de traitement, Guildford Publications. New York
  • Eisenberg, L. (2007). Commentaire d'un psychiatre pour enfant présentant une perspective historique: Quand "TDAH" était-il "l'enfant endommagé par le cerveau". Journal of Child and Adolescent Psychopharmacology, 17 (3): 279-283.
  • Grolle, J. & Samiha S. (2012). "Qu'en est-il du tutorat au lieu des pilules?" Der Spiegel. 02.10.2012
  • Miranda, A., S. Jarque, M. Soriano (1999): Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention: controverses actuelles concernant sa définition, épidémiologie, bases étiologiques et approches en matière d'intervention. REV NEUROL 1999; 28 (Suppl 2): ​​S 182-8.
  • Von Blech, J. (2012). "Schwermut ohne Scham." Der Spiegel. 06.02.2012.

Zeitgeist: Moving Forward (2011) (Juillet 2024).


Articles Connexes