yes, therapy helps!
La formation à l'auto-apprentissage et la technique d'inoculation du stress

La formation à l'auto-apprentissage et la technique d'inoculation du stress

Janvier 12, 2023

Les techniques de modification du comportement ils ont été l’un des éléments centraux de l’intervention cognitivo-comportementale. À sa naissance, les théories de l'apprentissage proposées par Thorndike, Watson, Pavlov ou Skinner ont souligné le rôle joué par le stimulus qui accompagne la situation d'apprentissage (par association ou par imprévu).

Plus tard, après la montée des théories cognitives, il semble avoir été démontré que le changement psychologique de l'individu est plus profond et plus complet lorsque vous travaillez aussi à la modification des connaissances et des croyances profondes , et pas seulement la partie la plus comportementale.


D'après cela, voyons deux des techniques qui tentent d'illustrer ce que c'est et comment ce changement est effectué à un niveau plus interne et mental: Formation à l'auto-instruction et à l'inoculation du stress .

Formation à l'auto-apprentissage (EA)

La formation en auto-instruction met en évidence le rôle des verbalisations internes que la personne fait elle-même à propos de sa future exécution lors de la réalisation d'un certain comportement.

Une verbalisation interne (ou auto-verbalisation) pourrait être définie comme un ensemble de commandes ou d'instructions que la personne se donne pour guider la gestion de son comportement pendant sa performance. En fonction de la manière dont cette instruction est donnée, la personne se sentira plus ou moins capable d’exercer efficacement son comportement.


Cette technique peut être appliquée comme un élément thérapeutique en soi ou peut également être considérée une composante de la thérapie d'inoculation du stress , comme cela sera expliqué plus tard.

Composants de formation en auto-instructions

L'EE est composée de plusieurs éléments: modélisation, tests de comportement et restructuration cognitive . Voyons en quoi consiste chacune d'elles:

1. Modélisation (M)

La modélisation est une technique comportementale qui est basé sur l'idée que tout comportement peut être appris par observation et imitation (Apprentissage social). Il est utilisé pour acquérir ou renforcer de nouveaux schémas de réponse plus adaptatifs, affaiblir ceux qui sont inadéquats ou faciliter ceux que la personne a déjà mais ne met pas en pratique pour diverses raisons (anxiété d'exécution, par exemple).


Pour mener à bien la procédure, il est nécessaire qu’un modèle réalise le comportement réussi en présence de la personne et qu’elle la pratique de manière à augmenter progressivement son autonomie à mesure que l’aide reçue par le modèle diminue. En outre, cela informe la personne de la pertinence de l'exécution du comportement et indique les aspects pouvant être améliorés.

2. Test de comportement (EC)

Cette technique ressemble à la précédente, car elle sert également à l’acquisition de nouvelles compétences comportementales, notamment sociales et interpersonnelles. Il consiste à mettre en scène un répertoire comportemental potentiellement anxiogène dans le cadre d'une consultation professionnelle, de telle sorte que le sujet puisse se sentir plus en sécurité en étant des reproductions artificielles et facilement manipulables.

Par conséquent, les CE autorisent la réduction du niveau d'anxiété du sujet avant l'exécution et une plus grande prédisposition à "entraîner" son comportement sans craindre de subir les conséquences qui pourraient en découler si la situation était dans le contexte réel. Au début, les représentations proposées sont très guidées par le professionnel et progressivement ils deviennent plus souples et naturels.

3. Restructuration cognitive (RC)

Il repose sur l'idée que les problèmes psychologiques sont causés et entretenus par la façon dont une personne interprète son environnement et ses circonstances. C'est que un événement en soi n'a aucune valeur émotionnelle positive ou négative , mais l’évaluation faite de cet événement est celle qui provoque un type d’émotion ou un autre. Si l'événement est interprété conceptuellement comme quelque chose de positif, l'état émotionnel dérivé sera également agréable. D'un autre côté, si une évaluation cognitive négative est réalisée, un état de détresse émotionnelle sera dérivé.

L’idée d’une interprétation négative de l’événement est normalement suivie immédiatement d’une série de pensées qui sont connues comme des croyances irrationnelles , puisqu'elles sont exprimées de manière absolue et dogmatique (du tout ou rien) et ne tiennent pas compte d'autres explications alternatives possibles. Comment, par exemple, mettre en exergue le négatif, exagérer ce qui est insupportable ou condamner les gens ou le monde s'ils ne fournissent pas à la personne ce qu'elle pense mériter.

La restructuration cognitive est l'élément principal de la thérapie du comportement émotionnel rationnel d'Albert Ellis, qui a pour objectif de modifier ce système de croyances inadéquat et de fournir à l'individu une nouvelle philosophie de vie plus adaptative et réaliste.

La pratique centrale de la RC repose sur l'exécution d'un exercice (mental ou écrit) Il faut inclure les cognitions irrationnelles initiales dérivées de la situation, les émotions qu'elles ont générées et enfin un ensemble de réflexions de caractère objectif et rationnel qui remettent en question les pensées négatives mentionnées. Cet enregistrement est connu sous le nom de modèle ABC.

La procédure

La procédure d'évaluation environnementale commence par l'observation de soi et l'enregistrement des verbalisations que la personne fait sur elle-même dans le but de: éliminer ceux qui sont inappropriés ou non pertinents et qu'ils interfèrent dans l'exécution réussie du comportement (par exemple: tout va mal, je suis responsable de tout ce qui s'est passé, etc.). Par la suite, l’installation et de nouvelles auto-verbalisations plus correctes sont effectuées (par exemple: faire une erreur est parfois normal, je vais y arriver, je suis calme, je me sens capable, etc.).

Plus précisément, l'EE est composée de cinq phases:

  1. Modélisation: la personne observe comment le modèle gère la situation négative et apprend comment elle peut être réalisée.
  2. Guide externe à voix haute: la personne est confrontée à la situation négative en suivant les instructions du thérapeute.
  3. Auto-instructions à voix haute: la personne fait face à la situation négative tout en se dirigeant elle-même.
  4. Auto-instructions en voix: la personne affronte la situation aversive en se dirigeant elle-même, mais cette fois à voix très basse.
  5. Instructions autodirigées: la personne est confrontée à la situation négative guidant son comportement par une verbalisation interne.

Techniques d'inoculation du stress (IE)

Les techniques d’inoculation du stress ont pour objectif de faciliter l’acquisition par le sujet de certaines compétences lui permettant à la fois diminuer ou annuler la tension et l'activation physiologique ainsi qu'éliminer les cognitions précédentes (de caractère pessimiste et négatif, fréquemment) par des affirmations plus optimistes qui facilitent une adaptation adaptative de la situation stressante que le sujet doit faire.

L'une des théories sur lesquelles cette technique est supportée est le modèle d'adaptation au stress de Lazarus et Folkman. Cette procédure a fait la preuve de son efficacité, notamment dans les troubles anxieux généralisés.

La procédure

Le développement de l'inoculation du stress est divisé en trois phases: une formation, une formation et une application . Cette intervention agit à la fois dans le domaine cognitif, comme dans la maîtrise de soi et l'adaptation comportementale à l'environnement.

1. Phase éducative

Dans la phase éducative Des informations patient sont fournies sur la façon dont les émotions anxieuses sont générées en soulignant le rôle des cognitions.

Par la suite, une définition concrète du problème spécifique de la personne est élaborée à l'aide de différents instruments de collecte de données tels qu'un entretien, un questionnaire ou une observation directe.

Finalement, une série de stratégies favorisant et facilitant l'adhésion du sujet au traitement sont lancées . Par exemple, établir une alliance thérapeutique adéquate basée sur la transmission de la confiance.

2. Phase de formation

Au cours de la phase d’entraînement, une série de procédures est présentée à la personne afin d’intégrer les compétences liées à quatre blocs principaux: cognitif, contrôle de l’activation émotionnelle, comportement et adaptation palliative. Pour travailler chacun de ces blocs, les techniques suivantes sont mises en pratique:

  • H capacités cognitives : dans ce bloc Stratégies de restructuration cognitive, techniques de résolution de problèmes et exercices d'autoapprentissage accompagnés d'un renforcement positif.
  • C contrôle d'activation : il s’agit d’entraînement à des techniques de relaxation axées sur la sensation de relaxation tendue-musculaire.
  • Compétences comportementales : des techniques telles que l'exposition comportementale, la modélisation et les tests de comportement sont abordés ici.
  • Habiletés d'adaptation : enfin, ce bloc est composé de ressources destinées à renforcer le contrôle de l’attention, le changement des attentes, l’expression adéquate de l’affect et des émotions ainsi que la gestion correcte du soutien social perçu.

3. Phase d'application

En phase d'application il est essayé que la personne soit exposée à des situations ansiógenas (réelles et / ou imaginées) de forme progressive , en commençant tout ce qui est appris dans la phase de formation. En outre, l'efficacité de l'application des techniques est vérifiée et évaluée et les doutes ou difficultés sont résolus au cours de leur exécution. Les procédures utilisées sont les suivantes:

  • Essai imaginé : l'individu effectue une visualisation aussi vive que possible de la gestion de la situation anxieuse.
  • Test comportemental : l'individu met en scène la situation dans un environnement sûr.
  • Exposition in vivo graduée : l'individu est naturellement dans la situation réelle.

Enfin, pour compléter l'intervention dans l'inoculation de stress quelques sessions supplémentaires sont programmées afin d'obtenir une maintenance des résultats obtenus et à prévenir d'éventuelles rechutes. Dans cette dernière composante, des aspects tels que la différenciation conceptuelle entre chute –puntuel– et rechute - maintenue au fil du temps - ou la programmation de séances de suivi sont travaillés, en continuant par une forme de contact indirect avec le thérapeute).

En guise de conclusion

Tout au long du texte, il a été observé comment, comme indiqué initialement, l'intervention psychologique prenant en compte différentes composantes (cognitions et comportements, dans ce cas) peut être augmentée de son efficacité pour la réalisation du changement psychologique suscité par une personne. Ainsi, comme le montrent les principes de la psychologie du langage, Les messages qu'une personne se fait tendent à façonner la perception de la réalité et par conséquent, la capacité de raisonnement.

Par conséquent, une intervention également axée sur cette composante permettra une plus grande probabilité de maintenir le changement psychologique obtenu chez l'individu.

Références bibliographiques:

  • Labrador, F. J. (2008). Techniques de modification du comportement. Madrid: pyramide.
  • Marín, J. (2001) Psychologie sociale de la santé. Madrid: synthèse de psychologie.
  • Olivares, J. et Méndez, F. X. (2008). Techniques de modification du comportement. Madrid: Nouvelle bibliothèque.

Product Overview: TrueMAB Antibody (Janvier 2023).


Articles Connexes