yes, therapy helps!
Vallée de la théorie dérangeante: aversion pour ce qui semble humain

Vallée de la théorie dérangeante: aversion pour ce qui semble humain

Janvier 17, 2023

Si vous observez une série de sensations désagréables lorsque vous observez un robot d'aspect presque humain, il est possible que vous vous trouviez sous un phénomène expliqué par La théorie de la vallée troublante .

Cette théorie tente de donner une explication aux réactions qu’une personne vit en présence de une figure ou une image excessivement humaine, mais cela ne suffit pas .

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "Biais cognitifs: découvrir un effet psychologique intéressant"

Quelle est la théorie dérangeante de la vallée?

La théorie dérangeante de la vallée, ainsi que le terme «vallée en détresse», sont concepts liés au monde de la robotique et de l'animation 3D qui se réfèrent à une courbe de la réaction des personnes en présence d'une figure anthropomorphique. C'est-à-dire en présence d'une figure ou d'un objet qui n'est pas vivant, mais avec une grande apparence de personne. Ces figures anthropomorphes peuvent faire référence à des robots androïdes ou à des animations 3D d'un grand réalisme.


Le terme "Vallée troublante" Il a été créé par le professeur et spécialiste en robotique Masahiro Mori en 1970, et son nom en japonais était Bukimi no Tani Gensho. Sous la traduction de Valle Inquietante, il existe une métaphore qui tente de clarifier les réactions des personnes face à la présence d'un robot à la forme humaine.

Selon cette théorie, la réaction d'une personne à un robot anthropomorphique est de plus en plus positive et empathique à mesure que l'apparence de la figure devient de plus en plus humaine. Cependant, il y a un tournant dans lequel cette réaction change complètement; devenir une réaction d'aversion due à l'excès de similitude .


Le nom "vallée" fait référence à l'inclinaison de la courbe présente dans le graphe élaboré par Mori, qui calcule à quel point la réponse humaine est favorable en présence d'une figure anthropomorphique: elle monte à mesure que son apparence humaine grandit, jusqu'à ce qu'il atteigne un point où le premier tombe lorsque le second est très haut.

D'autre part, le terme "perturbant" désigne le sentiment de surprise ou d'aversion qui provoque la perception de quelque chose qui semble humain mais qui en réalité ne l'est pas.

Qu'est-ce qui cause cette aversion?

Bien qu'il n'ait pas encore été possible de tirer une conclusion tout à fait valable sur les causes de cette sensation, plusieurs théories tentent d'expliquer la raison de ce phénomène.

1. Hypothèse de rejet de la maladie

Une hypothèse développée par la psychologue Thalia Wheatley indique qu'après des siècles d'évolution, l'homme a développé la capacité de détecter tout type de distorsion chez d'autres êtres humains et l'identifier ou l'associer à tout type de maladie physique ou mentale .


Par conséquent, le sentiment d'aversion pour quelque chose qui semble humain, mais qui montre clairement que ce n'est pas le cas, ne serait que la défense naturelle de notre cerveau contre l'idée de maladie et même de mort.

Cela signifie que toutes les distorsions ou raretés que nous percevons avant une figure anthropomorphique sont directement associées, de notre cerveau, à l'idée ou à l'image de personnes considérablement malades ou même mortes, générant ainsi une réaction d'aversion ou de dégoût.

2. Le paradoxe sorite

Aussi connu sous le paradoxe du tas. Bien que cette explication ne soit pas directement liée à la théorie de la vallée troublante, de nombreux experts et théoriciens l'ont utilisée pour tenter d'en trouver la cause.

Ce paradoxe se manifeste lorsqu'une personne tente d'utiliser le bon sens sur un concept vague, imprécis ou peu clair. Dans le cas de la vallée troublante, des personnages à l'aspect humain ils finissent par miner notre sens de l'identité en essayant de trouver une explication logique à ce que nous observons. Cela génère un sentiment négatif et un rejet de ce que nous ne comprenons pas.

3. Hypothèse de la violation des normes humaines

Selon cette hypothèse, si une figure ou un robot a une apparence identifiable à celle de l'homme, il génère un certain degré d'empathie. Cependant, lorsque cette figure ne ressemble que partiellement à un humain, elle présente des caractéristiques non humaines remarquables (telles que le manque d'expression claire des sentiments ou des mouvements de corps non naturels). générer un sentiment d'incertitude et une réaction de répulsion .

4. Hypothèse de la définition religieuse de la personne

Dans certaines sociétés fortement influencé par des normes religieuses et des concepts sur l'être humain , l’existence d’objets ou de figures artificiels et anthropomorphes menace l’idée d’être humain telle que la concevaient différentes religions.

5. Hypothèse de "spécialisation"

Le psychiatre américain Irvin Yalom explique que les êtres humains, confrontés à la peur de la mort, créent une série de défenses psychologiques cela arrête l'angoisse causée par la certitude qu'un jour nous mourrons. L'une de ces défenses est la "spécialisation". C’est une croyance irrationnelle et inconsciente par laquelle nous supposons que la mort est quelque chose d’inhérent à la vie mais que c’est quelque chose qui ne s’applique qu’aux autres, pas à nous-mêmes.

Par conséquent, la confrontation avec un objet ou un robot avec un visage humain élevé peut devenir si intense qu'elle provoque un décalage entre le "spécialisme" et les défenses existentielles, générant une sensation d'angoisse vitale.

Critiques du modèle de Mori

Comme dans la plupart des théories non scientifiquement prouvées, la théorie de la dérangement dans la vallée n'a pas échappé à la critique. Une partie des experts de la robotique rejette l’idée de Mori sous prétexte que rien ne justifie la courbe de réaction créée par celle-ci.

En outre, ils s'appuient sur le fait que pour le moment, il est seulement possible de créer des robots partiellement similaires à l'homme , donc la théorie n'aurait pas de motifs suffisants. Au lieu de cela, ils prétendent que dans tous les cas, cela pourrait générer une sorte de dissonance cognitive par laquelle notre cerveau génère des attentes sur ce qu'un humain devrait être, des attentes selon lesquelles ce type de figures humanoïdes ne serait pas couvert.


Isolation - Mind Field (Ep 1) (Janvier 2023).


Articles Connexes