yes, therapy helps!
5 conseils pour les éducateurs avant les jeunes autodestructeurs

5 conseils pour les éducateurs avant les jeunes autodestructeurs

Octobre 13, 2019

Dans une étude menée à l'échelle internationale par Brunner et al. (2013), les statistiques reflètent un pourcentage moyen de 27,6% de Etudiants européens ayant déclaré avoir commis au moins un épisode d'automutilation dans sa vie. Parmi eux, 7,8% avaient exécuté plus de cinq actions de ce type. Les données de l’Etat espagnol indiquent une position très similaire à la moyenne internationale (28,9% et 7,6%, respectivement), ce qui indique une prévalence significative de ces comportements qui dérangent tant chez nos jeunes.

  • Article connexe: "Automutilation non suicidaire: qui est-ce qui affecte et pourquoi est-ce produit?"

Automutilation non suicidaire en milieu scolaire et scolaire

Les études réalisées concluent que ce type de comportement débute généralement entre 13 et 14 ans et, malgré les alarmes pouvant découler de son apparition, ils sont rarement directement liés à une idée suicidaire claire . Même dans ce cas, lorsqu'une récurrence est observée dans ce type d'actions, le risque réel de suicide devient un risque plus élevé. Cela s’explique par le fait qu’après une période d’habituation au niveau douloureux que l’automutilation entraîne chez l’individu, celui-ci a tendance à adopter des comportements qui donnent un niveau de sensation de douleur plus élevé, pouvant ainsi infliger la mort de cette manière ( Straub, 2018).


Pour toutes ces raisons, sa détection précoce devient extrêmement fondamentale dans la mesure où ce type d’actions est généralement provoqué par l’expérience d’un intense malaise émotionnel et est mis en œuvre pour atténuer ces tensions psychologiques. Dans ces cas, un rôle pertinent incombe à la figure du jeune enseignant universitaire . Il semble donc indispensable de fournir à cette figure quelques lignes directrices initiales afin que l’enseignant puisse traiter de manière adéquate cette situation complexe et délicate.

  • Vous pouvez être intéressé: "Dépression majeure: symptômes, causes et traitement"

Des indicateurs

Certains indicateurs peuvent alerter l’éducateur sur la présence de ce type de comportement, tels que: l’observation de lésions corporelles provoquées par des situations ambiguës ou difficiles à expliquer, des vêtements peu cohérents avec la période de l’année (manches longues été), la possession d’objets tranchants parmi les effets personnels des enfants ou le fait de voir des absences soudaines et récurrentes pour aller aux toilettes pendant les cours.


Conseils pour les éducateurs

Ce sont plusieurs lignes directrices à suivre par les éducateurs qui s’occupent des jeunes qui présentent des actes d’automutilation non suicidaires .

1. Ne juge pas

Un premier point fondamental réside dans mettre de côté les attitudes d'incompréhension, de rejet ou de panique quand l'adolescent accepte de verbaliser la commission de ces actions. Pour ce dernier, le fait de partager son expérience de détresse émotionnelle devient déjà un processus extrêmement difficile; la réponse recommandée en tant qu'éducateur doit donc être calme, soutien, confiance et empathie pour ses insécurités.

L'objectif de ce type de traitement doit être que l'élève comprenne qu'il est valorisé en tant que personne (mais pas par son comportement) et qu'il perçoit que les personnes dans son environnement se soucient de lui et de son bien-être. Sans recourir à la pression ou à la demande, il est recommandé de motiver le jeune à chercher ou à avoir accès à une aide professionnelle. Dans environ la moitié des cas sur lesquels reposent les enquêtes des enquêtes susmentionnées, on constate que les étudiants souhaitent abandonner ce type de comportement et qui semblent réceptifs à la thérapie.


  • Peut-être que vous êtes intéressé: "Les 5 types d'intimidation ou d'intimidation"

2. Savoir écouter

Deuxièmement, les facteurs qui motivent ces comportements, ainsi que leur fréquence et leur gravité, peuvent être traités directement avec l'adolescent. Cela permet évaluer l'orientation vers un professionnel capable de proposer une aide thérapeutique individualisée et aidez-le à acquérir des stratégies psychologiques lui permettant de gérer ses émotions et son inconfort de manière appropriée et adaptative.

Des questions telles que: "Avez-vous déjà pensé à ne pas continuer à vivre à cause d'un problème qui, selon vous, n'a pas de solution?" Ou "Avez-vous déjà pensé à un plan spécifique pour l'exécuter?" Peut être très utile pour déterminer le niveau risque de comportement suicidaire réel, étant donné que, habituellement, dans le cas de l'automutilation non suicidaire, la personne n'envisage pas de manière réaliste la méthode à suivre pour atteindre cet objectif.

3. Ne laissez pas l’environnement le renforcer

Un autre aspect pertinent réside dans ne pas renforcer les comportements d'automutilation des adolescents L’éducateur doit donc rester discret vis-à-vis de ses camarades de classe et demander à l’adolescent de garder les plaies couvertes sans leur accorder une importance excessive. Cette mesure évite l'effet de "contagion" du comportement par imitation d'autres enfants, potentiellement fréquente chez les adolescents. Oui, il convient toutefois de consulter le problème avec le spécialiste en psychologie du centre d’enseignement afin qu’il puisse donner des conseils sur la manière d’aborder l’approche directe du sujet devant l’étudiant.

4. Connaître les causes et les contrôler

Un quatrième élément à considérer réside dans le fait qu’ils sont problèmes familiaux, conflits dans le groupe d'amis ou difficultés en milieu scolaire Les principaux facteurs associés à une fréquence d'exécution plus élevée de ces comportements. Malgré cela, il a été observé qu'une probabilité plus élevée de risque de suicide réel est associée à une auto-perception de la solitude ou de l'isolement, à l'absence de soutien social et à la présence d'antécédents psychiatriques.

Vu le risque élevé de suicide, le mineur peut être référé pour un suivi thérapeutique dans un centre de santé mentale. Au contraire, en cas de comportement d'automutilation non suicidaire, un suivi ambulatoire peut être effectué.

5. Appliquer les techniques et méthodes appropriées

Enfin, bien que l'étudiant en question effectue un suivi thérapeutique individuel de sa part, il convient de mentionner qu'il existe une série de lignes directrices qui peut favoriser une rémission de la tendance auto-dommageable . Ainsi, des exercices de méditation et de relaxation, des activités de déconnexion telles que le sport ou la musique, l’établissement de plans d’action alternatifs pour un comportement auto-blessant ou un travail cognitif sur les distorsions possibles lorsqu’on interprète des situations personnelles sont inclus éléments efficaces d'intervention psychopédagogique auprès de ces jeunes.

En guise de conclusion

In-Albon et al. (2015) présentent un bref guide d'action pour les éducateurs qui synthétise ce qui a été exposé jusqu'à maintenant. Plus précisément, les auteurs indiquent les directives suivantes comme pertinentes:

  • Demander une assistance médicale en cas de blessure récente.
  • Éviter les réactions de panique puisque le risque de suicide réel est faible au début.
  • Comprendre le comportement en tant que méthode pour atténuer la détresse émotionnelle perçue à court terme.
  • Offrir un soutien, valoriser la personne en évitant à la fois les jugements critiques et les pressions en faveur d'un abandon immédiat du comportement d'automutilation.
  • Adressez-vous directement si le jeune présente de réelles idées suicidaires, en recherchant la fréquence des actes d’automutilation et l’existence d’un plan d’action prémédité.
  • Encouragez le mineur à rechercher une aide psychologique, consultez et demandez conseil à un professionnel en tant qu'éducateur pour remédier à la situation de manière appropriée.

Références bibliographiques:

  • Brunner, R., Kaess, M., P. Parzer, G. Fischer, V., Carli, C. Woven, ... et J. Balazs (2014). Prévalence au cours de la vie et corrélats psychosociaux du comportement d'automutilation directe chez les adolescents: étude comparative des résultats dans 11 pays européens. Journal de psychologie de l'enfant et psychiatrie, 55 (4), 337-348.
  • Straub, J. (2018) Jeune, blessé et fatigué de la vie? Esprit et cerveau (90), p.12-17.

éducateur spécialisé - éducateur de jeunes enfants : Oral concours éducateur spécialisé / eje (Octobre 2019).


Articles Connexes