yes, therapy helps!
Entretien avec un psychologue expert en matière de violence de genre

Entretien avec un psychologue expert en matière de violence de genre

Mai 22, 2019

La question de la violence sexiste est toujours d'actualité. Année après année, la société déplore le fléau de la maltraitance physique au sein des familles. Bien que les données sur les victimes mortelles aient été timidement réduites au cours de la dernière décennie, ce début d'année 2016 est particulièrement sombre: Huit femmes ont été tuées aux mains de leurs partenaires ou ex-partenaires dans les 28 premiers jours de janvier.

Source: Ministère de la santé, des services sociaux et de l'égalité, Gouvernement espagnol.

Entretien avec la psychologue Patricia Ríos

Cette situation de violence permanente a généré un effort social et judiciaire qui ne semble pas encore porter les fruits nécessaires. Les victimes d'abus sont souvent des personnes qui se sentent impuissantes et invisibles. C’est pour cette raison que nous avons trouvé très intéressant de pouvoir parler avec Patricia Ríos , psychologue clinicien avec un curriculum complet et spécialisée dans le traitement des personnes battues.


Bertrand Regader: Bonjour, Patricia. Dites-nous: quel est votre parcours professionnel dans le domaine de la violence de genre?

Patricia Ríos: Dans ma pratique privée, j'ai constaté plusieurs cas de violence sexiste, en particulier des femmes, mais également des hommes et même des adolescents.

J'ai également pu entrer en contact avec le côté opposé de l'équation, en travaillant sur l'intervention de groupe avec un groupe d'hommes reconnus coupables de crimes de violence de genre. Et je dois dire que cela a été une expérience enrichissante.

B. R.: Sexe, violence domestique, sexiste, au sein de la famille ... quelles nuances chaque dénomination introduit-t-elle et laquelle préfères-tu utiliser?


Dans la violence de genre, nous devrions inclure tous les actes de violence exercés par un "genre" contre un autre, de la sorte, ce n'est plus seulement l'homme qui exerce la violence et la femme qui la subit, mais cela peut aussi se produire et se produit réellement Au contraire, c'est la femme qui exerce la violence et l'homme qui la subit. Dans ce dernier cas, la violence est généralement de nature psychologique, bien qu'il existe également des mauvais traitements physiques exercés par la femme à l'égard de l'homme.

La violence sexiste est l’aspect qui fait uniquement référence à la violence exercée par un homme envers une femme, généralement lorsqu’ils entretiennent des relations très étroites.

Quand on parle de violence domestique, il s'agit d'un type de violence qui dépasse le type d'agression manifestée par les hommes contre les femmes et les femmes contre les hommes, y compris la violence exercée entre les membres de la famille d'un ménage (et pas seulement entre les membres du couple). ou même entre des personnes qui, sans être membres de la famille, vivent sous le même toit.


Enfin, la violence domestique est celle qui s'exerce au sein d'une famille parmi ses membres. Où les mineurs sont toujours les plus touchés.

Comme vous pouvez le constater, ils englobent tous le même facteur commun, à savoir la violence entre personnes, qu’elle soit identique ou différente, sexe, race, sexe et / ou âge. Si nous prenons en compte toutes les variables, les typologies actuelles de violence sont rares, car aucune d’entre elles ne parle de violence entre personnes du même sexe. Donc, personnellement et conjointement, j'aime l'appeler violence interpersonnelle.

B. R.: L'abus psychologique est aussi une forme de violence. Quelles formes prenez-vous habituellement?

L'abus psychologique est peut-être le type de violence le plus répandu, même s'il s'agit encore d'un sujet tabou dans la société et qu'il est toujours maintenu dans un type de violence silencieux, muet et invisible.

Toutes les formes de violence reposant également sur le pouvoir, la domination et la coercition, allant du mépris et de la violence verbale à des formes beaucoup plus subtiles telles que le contrôle de l'économie, la façon dont nous nous habillons, la fréquence des activités social, et le contrôle de l'agresseur dans les réseaux sociaux et les technologies.

B. R.: Cela peut être le prélude à la violence, dirons-nous, physique.

Oui, je voudrais souligner que la violence psychologique est certainement le prélude à la violence physique, c'est la manière dont l'agresseur veille à ce que sa victime ne soit pas accusée. Par conséquent, l'abus psychologique n'est pas moins grave ni moins alarmant, mais constitue ou devrait être, du moins, un avertissement que quelque chose ne va pas.

B. R.: D'après votre expérience dans le traitement de ces affaires, estimez-vous qu'il existe encore une certaine culture qui justifie la violence au sein du couple? Ou pensez-vous que les gens prennent progressivement conscience de ce problème social?

De plus en plus de personnes prennent conscience de ce problème, même si, malheureusement, le problème continue de ralentir.Par ignorance, l'environnement néglige de nombreux signes et les personnes concernées n'ont pas toujours le courage de le dire, encore moins si la victime est un homme.

Les motifs culturels que vous me parlez continuent d'exister et je crois qu'il reste encore beaucoup à faire dans l'histoire. Les personnes âgées le maintiennent à cause de la honte et de la culpabilité, et les jeunes, souvent à cause de l'ignorance et de la peur.

Il n’est pas étrange non plus que les organismes publics continuent, d’une certaine manière, à blâmer la victime, même si c’est moins chaque fois. Au cours de mon expérience professionnelle, j’ai trouvé des cas dans lesquels les travailleurs eux-mêmes dissuadaient la victime de rendre la plainte viable, en raison de commentaires tels que:

"Quelque chose que vous aurez fait"

"Cela t'arrive de ne pas faire attention"

"Ne soyez pas un nenaza et mettez les choses au clair"

Il n’est jamais facile pour une victime de maltraitance, qu’elle soit homme ou femme, de faire face à ses propres peurs et hontes et d’agir en justice. Beaucoup moins lorsque la réponse reçue correspond aux commentaires.

B. R.: Quel est l'état psychologique et psychologique des personnes qui ont été maltraitées et qui suivent une thérapie?

L'ambiance est toujours basse, trop basse. Les victimes d'abus ont connu des situations extrêmes et un impact important, voire traumatisant. La gravité des effets dépend du type de violence subie, de son intensité, de son intention, des moyens utilisés ainsi que des caractéristiques de la victime et de l'agresseur.

En général, ce sont des personnes avec une personnalité très altérée, qui manifestent une grande insécurité, un concept de soi médiocre, des changements d'humeur et un niveau élevé de méfiance. Certaines personnes manifestent généralement des symptômes de dépression, d’anxiété, d’idées et même de tentatives de suicide infructueuses.

Les commentaires les plus courants des victimes d'abus sont «Je le méritais», «Il m'aime mais sa main est sortie», «Je me suis mal conduit», «Il n'avait pas d'autre choix», «Si je demande de l'aide, ils se moqueront de moi. ils ne vont pas me croire. "

B. R.: Quelle est en gros l'intervention psychothérapeutique et juridique d'un psychologue dans un tel cas?

C'est assez compliqué. Les psychologues sont tenus de préserver la confidentialité de leurs patients, mais comme tout citoyen, nous avons l'obligation légale de signaler tout type de crime. Bien que réunissant ces deux obligations dans les professions de la santé, il s’agit toujours d’une arme à double tranchant.

La première chose qui me vient à l’esprit est de signaler le cas aux autorités. C’est une très sage décision lorsque nous parlons de mineurs. Toutefois, lorsque nous parlons de personnes d'âge légal ou même de mineurs d'âge mûr, il est toujours nécessaire de donner la priorité à l'aide en priorité.

Nous ne devons pas oublier que quiconque avoue un cas de violence ouvre la porte à un secret très difficile et, comme nous l'avons déjà dit, réduit au silence, en action ou par omission de la part de l'environnement.

L'option la plus simple est de convenir avec la personne concernée des limites de notre confidentialité et d'indiquer très clairement qu'elle sera violée sans consentement préalable au cas où une vie (la sienne ou celle de tiers) serait menacée. Une fois que cela a été établi avec la victime, il existe un long processus où des questions telles que l'estime de soi, les compétences sociales, l'amour de soi et le fait de savoir comment établir des limites, entre autres.

B. R.: Quels sont les points communs des personnes qui exercent des violences physiques ou psychologiques? Peut-on parler d'un profil typique ou existe-t-il des agresseurs très différents?

À l’exclusion des pathologies mentales, les personnes ayant une faible intelligence émotionnelle, partageant une très faible estime de soi et, par conséquent, un haut niveau d’insécurité, la prise en charge est externe eux-mêmes et les autres.

D'après mon expérience, j'ai pu constater qu'ils se sentaient mal dans leur peau, certains se détestaient même, et plus ils se détestaient et pire ils se sentaient, plus ils risquaient de commettre une forme de violence.

B. R.: Les décès dus à la violence sexiste semblent être en augmentation ces dernières années. En fait - comme nous l’avons vu le tableau fourni par le ministère de la Santé - au cours de la courte période de l’année, huit personnes ont déjà été tuées. Quelles mesures le nouveau gouvernement devrait-il prendre pour minimiser ce phénomène?

Donner des informations sur la manière d’approcher les plaignants serait le plus important, car, comme je l’ai déjà dit, il n’est pas rare de blâmer la victime par des organismes publics.

Mis à part cela, de grands progrès ont été réalisés dans ce domaine. Il existe désormais davantage de moyens, tels que les téléphones permettant de téléphoner de manière anonyme et totalement gratuite, les groupes de soutien et les mesures judiciaires sont nombreux. oublier l'origine. L'information et la prévention dudit problème dès les premières années dans les écoles.


Pédophilie : Entretien avec Patrick Blachère, expert psychiatre et sexologue (Mai 2019).


Articles Connexes