yes, therapy helps!
Jean-Claude Romand, l'histoire d'un menteur pathologique

Jean-Claude Romand, l'histoire d'un menteur pathologique

Mai 22, 2019

Années 90. Un village paisible du sud de la France, Prèvessin-Moëns, et un cas si choquant et si effrayant que même les spécialistes chargés d’effectuer les évaluations psychologiques ne pouvaient donner aucune explication . On parle de Jean-Claude Romand , mieux connu sous le nom de "l'adversaire", nom sous lequel le livre inspiré a été publié dans son cas.

La vie de Jean-Claude s'est articulée autour d'un système complexe et complexe de mensonges . Personne, pas même sa propre famille, n'a su qui il était vraiment, ce qu'il a fait ou comment il a passé sa vie quotidienne ... et sa famille ne le saura jamais, car pour leur épargner la souffrance de savoir qu'il leur avait menti, il s'est retrouvé les tuer tous.


Brève biographie de Jean-Claude Romand

Jean-Claude est né le 11 février 1954 à Lons-Le-Saunier, une petite ville proche de la frontière suisse. Dans son enfance Il était un garçon solitaire, avec peu d'amis et une attitude retirée .

Enfant unique, il vivait très jeune avec le souci de la santé de sa mère, une femme malade, ignorante de la maladie dont il souffrait, mais trop préoccupée par tout minimum imprévu, ce qui l’a motivé à cacher son état demander s'il était approprié de dire la vérité si cela causait de la détresse.

Jeunesse et admission à la faculté de médecine

Dans le milieu universitaire, il se distinguait par son statut d'étudiant appliqué, un garçon qui pouvait être considéré comme très formel et introverti, qui n'aimait pas le sport et qui allait à l'école sans inconvénient majeur. Une fois terminé l'enseignement primaire et l'institut, a décidé de s'inscrire à l'université de médecine , carrière qui s’est déroulée sans encombre jusqu’à la deuxième année, lorsqu’il a déclaré que le jour de l’examen final de physiologie, il n’a pas entendu le réveil et, pour cette raison, il n’est pas allé se présenter à l’examen, qui était éliminatoire. Ce fait marqua un tournant dans sa vie et fut le premier de ses grands mensonges.


Après cet épisode, qui a également coïncidé avec le refus de sa compagne de l'époque, Florence, de continuer leur relation amoureuse, Jean-Claude s'est enfermé dans sa chambre du campus , il a cessé d’assister aux cours et s’est consacré à la lecture des journaux et à la télévision. Il a gagné 20 kilos en raison du manque d’activité et de la malbouffe.

Dernières années de carrière, une étape pleine de mensonges

Les années suivantes, entre 1975 et 1986, il continua à s’inscrire en deuxième année de faculté de médecine, présentant de faux certificats médicaux justifiant le manque d’assiduité aux cours et aux examens. Il a demandé à Florence de reprendre ses relations avec lui et a établi une routine quotidienne dans laquelle il allait tous les jours à l'université sans jamais entrer en classe.

Il changea son emploi du temps pour éviter de rencontrer des connaissances qui pourraient le découvrir et il a étudié les sujets de la course pour pouvoir converser avec ses compagnons sans éveiller les soupçons Elle a même parfois aidé Florence à étudier les matières qu’elle, étudiante en pharmacie, trouvait difficiles.


Après cette période il a informé sa famille et ses amis qu'il avait terminé sa carrière de médecin et avait reçu une bourse pour travailler au siège de l'OMS à Genève, à quelques kilomètres de la ville où il habitait. À cette époque, il était déjà marié à Florence, ils s'étaient mariés en 1984 et ils avaient une fille, Caroline, née un an auparavant en 1985. En 1987, le deuxième enfant du couple, Antoine, est né.

Travail et vie sentimentale, un véritable échafaudage de mensonges

Les années qui suivirent sa supposée incorporation à l’OMS se déroulèrent dans un calme et une normalité apparents. Jean-Claude se rendait chaque jour au travail. Il s’assurait qu’il voyageait constamment dans le monde entier pour des raisons liées au travail. et des conférences, bien qu'il ait toujours pris soin de donner peu de détails, affirmant que les informations étaient secrètes.

Mais qu’a-t-il vraiment fait pendant qu’il prétendait travailler? La réponse est que Il passait son temps à parcourir les rues et les bars, à travers les forêts , dormir dans la voiture ou lire des pamphlets ou des livres de l’OMS qu’il avait rassemblés au cours d’une séance scientifique et, surtout, il a étudié les cartes des villes dans lesquelles il était censé s’être rendu afin de garder son mensonge.

Comment a-t-il gagné de l'argent pour soutenir la famille?

Une autre grande question qui a surgi après avoir exposé tous ses mensonges est de savoir comment il a réussi à entretenir financièrement sa famille, puisqu'il maintenait un style de vie embourgeoisé financé par des escroqueries à la famille et aux amis. Principalement Développé deux formes de fraude , l’un consistait à offrir à ses connaissances un plan d’investissements à forte rentabilité tirant parti de son travail à l’OMS, lui permettant ainsi d’arnaquer à ses proches jusqu’à deux millions et demi de francs et l’autre, la vente de médicaments oncologiques prétendue phase d’expérimentation, d’une valeur de 15 000 francs par comprimé.

Mais personne ne doutait du bien de Jean-Claude, qui avait acquis une image sociale de succès et de prestige et avait vécu consacré à son travail et à sa famille.

Le début de la fin

Le père de Florence mourut dans des circonstances étranges, tombant dans les escaliers de la grange familiale, alors qu'il conversait avec Jean-Claude dans laquelle il demandait une partie de l'argent qu'il avait donné à son gendre pour investir, mais personne ne met en doute l'honnêteté du médecin supposé qui devient le chef de famille et chargé de veiller au bien-être de tous.

À ce moment, Jean-Claude rencontre Corinne, l'épouse d'une connaissance , pour lequel il commence à ressentir un grand attrait et pour lequel il entend conquérir. Au début, elle le rejette, ce à quoi Jean-Claude répond par une tentative de suicide suivie d'un autre grand mensonge pour le cacher et d'une période d'isolement à la maison, dans laquelle il a exprimé comme à l'université des comportements dépressifs. Enfin, Corinne accepte de maintenir une relation avec lui. Mais pour avoir cette nouvelle relation et ajouter un nouveau mensonge, cela devient de plus en plus difficile ... Corinne, qui a également été victime de l'arnaque des fonds d'investissement, réclame des avantages, son épouse, Florence, commence à soupçonner que quelque chose d'étrange se produit. ... et, pour cette raison, acculé, le 9 janvier 1993, Jean Claude Romand décida de mettre fin à sa double vie.

Crime et tentative de suicide

Ce jour-là, elle a été convoquée avec Corinne, lui faisant croire qu'ils allaient dîner chez un grand collaborateur de l'OMS, et à mi-chemin, elle a tenté de la tuer, sans succès, puisqu'elle avait réussi à le convaincre de ne pas le faire. Après l’avoir laissée chez elle, Jean Claude s’est rendu chez lui et une fois sur place, il a tué Florence d'abord en le frappant à la tête avec un rouleau à pâtisserie. Le lendemain matin, alors que ses enfants regardaient la télévision, il les a appelés pour qu'il vienne dans sa chambre et les a abattus tous les deux, qui sont morts sur le coup.

Après avoir tué sa femme et ses enfants, Jean-Claude est allé manger, comme il le faisait toutes les semaines chez ses parents. Une fois sur place, il a également tué son père, tué deux fois par balle dans le dos, et sa mère, un dans la poitrine. Après ces nouveaux décès, il est rentré chez lui, a ingéré une grande quantité de barbituriques expirés et Il a mis le feu à la maison, avec l'idée de mourir aussi avec ses proches . Ce qui ne s'est pas passé.

Quand ils ont vu l'incendie, les voisins et les amis de la famille ont appelé les pompiers, qui ont réussi à l'éteindre et à retirer tous les membres de la famille de la maison. Malheureusement, ils n'ont trouvé vivant qu'un Jean-Claude Romand en train de mourir. qui a été transféré à l'hôpital dans le coma.

Enquêtes policières

Les premières enquêtes devaient bientôt commencer et les balles dans les corps des mineurs et les coups à la tête de Florence ont été découverts. Ils ont également retrouvé les cadavres des parents de Jean-Claude, à partir desquels tout le monde a commencé à soupçonner une éventuelle vengeance contre la famille Romand ... mais bientôt la vérité a été découverte .

L’enquête a confirmé que Jean-Claude Romand ne travaillait pas pour l’OMS et qu’il avait retrouvé dans sa voiture une note manuscrite dans laquelle il avouait les crimes commis. À la fin, tous ses mensonges ont été découverts. Personne dans son entourage ne pouvait croire que Jean-Claude, attentif et familier, aurait pu commettre de tels actes et mentir sur tous les aspects de sa vie. Mais les tests ne laissaient pas de doute. D'autre part, lorsque le faux médecin s'est réveillé du coma, il a confirmé les faits et déclaré qu'il l'avait fait pour que ses proches ne souffrent pas lorsqu'ils connaissaient ses mensonges.

Profil psychologique du menteur pathologique

Qu'est-ce qui se passe dans l'esprit de quelqu'un pour commettre un tel acte? Les quatre psychologues spécialistes qui ont évalué Jean-Claude Romand ils avaient de sérieuses difficultés à le diagnostiquer Il en résulta un trouble de la personnalité narcissique, fondé avant tout sur les raisons invoquées par lui-même pour commettre de tels crimes, mais en analysant en profondeur les faits et le type de comportement exposé par Jean-Claude, ce trouble est facilement jetable. .

Ce qui est le plus frappant dans le comportement de Jean-Claude Romand, c’est le fait que sa vie était centrée sur un grand mensonge, que lui seul connaissait, ce qui en faisait un homme isolé et replié sur lui-même. à l'aise dans des situations sociales ou d'être le centre d'attention.

Il est également vrai que Jean Claude, dans sa mythomanie (mensonge pathologique), avait acquis un certain prestige et une certaine autorité, mais ce n'était pas dans le but de louer sa personne, il a plutôt utilisé ce personnage comme un moyen essentiel d'éviter de donner des informations à ses proches et amis au sujet de leur travail et de leur mode de vie.

Après avoir écarté le diagnostic posé à cette époque par les professionnels en charge du dossier, il appartient à la curiosité de chacun d’essayer de répondre à cette curieuse affaire. Personnellement, après une étude approfondie passionnée des faits et du comportement de Jean-Claude Romand, je suis enclin à penser que son profil pourrait très bien s’intégrer à un trouble de la personnalité schizoïde associé à un trouble dépressif persistant.


Jean-Claude Romand : le menteur - Faites entrer l'accusé #FELA (Mai 2019).


Articles Connexes