yes, therapy helps!
Le surdiagnostic en santé mentale: principales causes et conséquences

Le surdiagnostic en santé mentale: principales causes et conséquences

Juin 13, 2021

Le surdiagnostic en santé mentale est la tendance à diagnostiquer de manière généralisée et disproportionnée une ou plusieurs catégories cliniques de psychiatrie. C’est une pratique récemment remise en question au sein de l’association de spécialistes en raison de la récente augmentation de différents diagnostics psychiatriques .

Cependant, il s’agit d’une tendance qui se manifeste non seulement dans le domaine de la santé mentale, mais aussi dans d’autres spécialités en raison de certains éléments qui caractérisent la pratique médicale contemporaine.

Plus précisément le surdiagnostic en santé mentale peut avoir des impacts différents au niveau individuel, économique et social , questions que nous verrons développées ci-dessous


  • Article connexe: "Antipsychiatrie: histoire et concepts de ce mouvement"

Surdiagnostic en santé mentale

Le surdiagnostic en santé mentale a été révisé, en particulier dans les troubles de l'humeur de l'âge adulte, dans le trouble déficitaire de l'attention et l'hyperactivité (TDAH) chez l'enfant et dans le trouble du spectre de l'autisme au même stade de développement. . Ce qui précède, après ses chiffres ont augmenté de façon alarmante et disproportionnée au cours de la dernière décennie, notamment aux États-Unis, au Canada et dans certains pays européens (Peñas, JJ et Domínguez, J., 2012).

Selon Pascual-Castroviejo (2008), la prévalence du TDAH a augmenté de 4% à 6% jusqu'à 20%, selon différentes études épidémiologiques. En ce qui concerne le trouble déficitaire de l'attention, il est davantage diagnostiqué chez les filles; Alors que le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention est plus diagnostiqué chez les enfants.


À son tour, la dépression est plus diagnostiquée chez les femmes que chez les hommes . Dans ce cas, Leon-Sanromà, Fernández, Gau et Gomà (2015) s'interrogent sur la tendance à montrer des surdiagnèses dans des revues spécialisées. Par exemple, une étude menée dans le sud de la Catalogne et publiée dans la revue Atención Primaria, signalait une prévalence de 46,7% de la dépression dans la population en général (53% chez les femmes et 40% chez les hommes), ce qui signifie que près de la moitié de la population totale de cette région était en dépression.

En revanche, d’après les mêmes auteurs, d’autres études menées auprès de la population de consultants indiquent une prévalence de seulement 14,7% pour la dépression majeure et de 4,6% pour la dysthymie, ce qui donne un total de 19,3%. Ce chiffre continue d’être alarmant; Néanmoins, cela nous éloigne de considérer que près de la moitié de la population vit avec ce diagnostic.


Après différents auteurs, nous verrons ci-dessous certaines des pratiques menant au surdiagnostic et à la quels sont ses principaux risques en termes physiologiques, psychologiques, sociaux et économiques .

  • Peut-être êtes-vous intéressé par: "Psychologie de la santé: historique, définition et domaines d'application"

Pourquoi le surdiagnostic est-il généré?

Le surdiagnostic est une conséquence des problèmes méthodologiques présents dans l’étude et / ou la définition des troubles mentaux, dans leur détection et dans la recherche de leur prévalence. En d’autres termes, l’étude et la promotion de maladies dépendent souvent de leurs processus de définition, ainsi que des l'utilisation stratégique des outils de détection et des statistiques (García Dauder et Pérez Saldaño, 2017, Leon-Sanromà et al., 2015).

En particulier dans le domaine de la santé mentale, la validité de la catégorie "trouble", sa non-spécificité et sa différenciation par rapport au terme "maladie", ainsi que les critères définissant ce que "sain" et ce qui ne l'est pas. La même chose s’est produite lorsqu’on a parlé de la manière dont les troubles mentaux sont diagnostiqués.

Par exemple, certains cas de dépression ont été confirmés après avoir utilisé des techniques inexactes, telles que l'application d'un test auquel la qualité des diagnostics définitifs est attribuée par erreur (les tests sont des outils de détection et de différenciation, ils ne sont pas en eux-mêmes des techniques de diagnostic. ) (Leon-Sanromà, et al., 2015).

D'autre part, lors de l'évaluation de la proportion de personnes souffrant de dépression, des techniques peu précises ont également été utilisées, telles que des enquêtes téléphoniques ou des entretiens structurés qui surestiment facilement leur prévalence (Ezquiaga, García, Díaz de Neira et García, 2011). ). En plus de cela, la littérature scientifique accorde généralement plus d'attention aux diagnostics insuffisants qu'au surdiagnostic .

Conformément à ce qui précède, le problème méthodologique lié à la définition des troubles mentaux devient visible dans la facilité avec laquelle ils sont généralisés.Un exemple de cela est la tendance à considérer que tout état d'humeur dégradée est pathologique, alors que ce n'est pas toujours le cas (Leon-Sanromà, et al., 2015). Cet état peut être une réponse adaptative et normale à un événement douloureux, et pas nécessairement une réponse disproportionnée et pathologique.

Dans le même sens, un autre des problèmes méthodologiques liés au surdiagnostic en santé mentale concerne la tendance à exagérer ou à minimiser les différences entre les groupes en fonction de différentes variables telles que le sexe, le sexe, la classe sociale. . Fréquemment cette tendance est implicite dans les conceptions, les hypothèses, la collecte et l'analyse des données dans les enquêtes , générant un ensemble de biais sur le développement et la prévalence de différentes maladies (García Dauder et Pérez Sedeño, 2017).

5 façons de savoir ce que cette pratique se passe

Différents facteurs peuvent vous avertir qu’une maladie est sur-diagnostiquée. De même, ces facteurs rendent visibles certains processus qui contribuent à cette tendance. Pour expliquer cela, nous suivrons les travaux de Glasziou et Richards (2013); Leon-Sanromà et al. (2015); et Martínez, Galán, Sánchez et González de Dios (2014).

1. Il y a plus de techniques d'intervention, mais les maladies ne diminuent pas

Il est possible de mettre en garde contre le surdiagnostic possible d’une maladie en cas de contradiction importante entre l’intervention et la prévalence de la maladie: le nombre de techniques d’intervention de la maladie augmente (par exemple, une plus grande production index de médicalisation). Cependant, cette augmentation ne se traduit pas par une diminution de la prévalence de la maladie .

2. Augmenter le seuil de diagnostic

Au contraire, il peut arriver qu’il n’y ait pas d’innovation significative et constante dans les techniques d’intervention; cependant, le seuil de diagnostic ne diminue pas, ni n'augmente. En d'autres termes, les modifications des critères de diagnostic augmentent le nombre de personnes touchées. C'est un cas fréquent dans les troubles mentaux , mais on peut également le voir dans d’autres classifications médicales telles que l’ostéoporose, l’obésité ou l’hypertension.

De même, les biais liés à la stigmatisation liée à la santé mentale, présents tant chez le personnel de santé que chez la population non spécialisée, peuvent contribuer à un diagnostic généralisé (Tara, Bethany et Nosek, 2008).

3. Même les facteurs de risque sont considérés comme une maladie

Un autre indicateur est le moment où les facteurs de risque, ou les substances indiquant des processus ou des états biologiques (biomarqueurs), sont présentés comme des maladies. À cet égard, les définitions des maladies sont modifiées en fonction de distinctions peu claires entre elles. ce qui génère peu de preuves sur les avantages de telles modifications face aux effets négatifs qu'elles peuvent avoir. Ce dernier est en partie une conséquence de la faible précision de diagnostic qui entoure certains malaises .

En même temps, et comme nous l’avons dit, cette imprécision est une conséquence de la méthodologie utilisée dans l’étude et de sa définition. En d'autres termes, il s'agit de déterminer comment déterminer ce qui est ou non une maladie, quels éléments sont utilisés pour l'expliquer et quels éléments sont exclus.

4. La variabilité clinique n'est pas prise en compte

Le spectre diagnostique des troubles mentaux est non seulement très large, mais aussi sa définition et ses critères reposent principalement sur des accords entre spécialistes , au-delà des tests objectifs.

De même, la gravité de leurs symptômes est déterminée par l'intensité, le nombre de symptômes et le degré de déficience fonctionnelle. Cependant, cette gravité est souvent généralisée ou considérée comme le seul visage des diagnostics, ce qui non seulement augmente le nombre de personnes diagnostiquées, mais également le nombre de personnes ayant reçu un diagnostic grave.

5. Le rôle des spécialistes

Selon Martínez, Galán, Sánchez et González de Dios (2014), un élément contribuant au surdiagnostic est la partie de la pratique médicale dont l'intérêt est purement scientifique et social. poursuit l'inertie de la recherche de diagnostics sous la rigidité du modèle organiciste .

Dans le même sens, la position du professionnel lors des consultations joue un rôle important (ibidem). C’est le cas puisqu’un profil de santé soumis à une contrainte émotionnelle ne génère pas le même effet que le profil de santé lorsqu’il passe par la reproduction de la demande. Dans le premier cas, la pseudo-autorité n'est pas favorisée et, par conséquent, elle n'est pas transmise à l'utilisateur. Dans le second peut facilement générer une banalisation de la pratique médicale .

Enfin, compte tenu de la participation croissante de l’industrie pharmaceutique à la santé mentale, les conflits d’intérêts se sont considérablement multipliés chez certains professionnels, centres de santé et de recherche et administrations publiques, qui favorisent ou soutiennent parfois la médicalisation par surdiagnostic.

Plusieurs de ses conséquences

Le surdiagnostic en santé mentale est un phénomène qui se manifeste à court et à long terme, dans la mesure où il a des conséquences non seulement au niveau individuel mais également au niveau économique et social. Dans leur analyse du surdiagnostic de la dépression, Adán-Manes et Ayuso-Mateos (2010), ils établissent trois impacts principaux:

1. Impact médical

Il fait référence au risque accru de iatrogénèse, alors que Une attention médicale excessive et une surmédicalisation peuvent générer une chronification de l’inconfort . De même, le surdiagnostic de certains troubles peut aller de pair avec le sous-diagnostic d’autres troubles et, par conséquent, leur manque d’attention.

2. Impact psychologique et social

Cela se traduit par une plus grande stigmatisation, avec la diminution possible de l'autonomie de l'utilisateur et un manque de responsabilité des facteurs sociaux impliqués dans le malaise. Il fait également référence à la généralisation de la psychopathologie comme réponse plus immédiate aux questions de la vie quotidienne , même en dehors du domaine spécialisé.

3. Impact économique

Cela se produit sous deux aspects: le premier est le coût élevé des soins de santé mentale, en particulier des services de soins primaires mais également des services spécialisés, ce qui implique une dépense en infrastructures ainsi qu'en ressources humaines et en traitements pharmacologiques . Et le deuxième impact est la diminution progressive de la productivité des personnes diagnostiquées.

conclusion

Prendre en compte ces éléments et conséquences ne signifie pas nier les inconforts et les souffrances, ni qu'il soit nécessaire de cesser d'investir des efforts dans la détection et les interventions opportunes et respectueuses. Signifie que il faut rester vigilant compte tenu des effets négatifs possibles de l’extrapolation des pratiques biomédicales sur la compréhension et l’approche de tous les aspects de la vie humaine.

En outre, il nous avertit de la nécessité de revoir en permanence les critères et la méthodologie qui définissent et interviennent en matière de santé mentale.

Références bibliographiques:

  • Adán-Manes, J. et Ayuso-Mateos, J. L. (2010). Le surdiagnostic et le traitement excessif du trouble dépressif majeur en soins de première ligne: un phénomène en augmentation. Soins primaires, 42 (1): 47-49.
  • Ezquiaga, E., Garcia, A., Diaz de la Neira, M. et Garcia, M. J. (2011). "Dépression." Imprécision diagnostique et thérapeutique. Conséquences importantes en pratique clinique. Journal de l'Association espagnole de neuropsychiatrie, 31 (111): 457-475.
  • García Dauder. (S) et Pérez Sedeño, E. (2017). Les mensonges scientifiques sur les femmes. Chute d'eau: Madrid.
  • García Peñas, J. J. et Domínguez Carral, J. (2012). Existe-t-il un surdiagnostic du trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (THADA)? Evidence in Pediatrics, 8 (3): 1-5.
  • Glasziou, P. et Moynihan, R. (2013). Trop de médicaments; trop peu de soins, British Medical Journal, 7915: 7
  • Leon-Sanromà, M., Fernández, M.J., Gau, A. et Gomà, J. (2015). La moitié de la population diagnostiquée avec une dépression? Soins primaires, 47 (4): 257-258.
  • Martínez, C., Riaño, R., Sánchez, M. et González de Dios, J. (2014). Prévention quaternaire. Le confinement en tant qu'impératif éthique. Association espagnole de pédiatrie, 81 (6): 396.e1-396.e8.
  • Pascual-Castroviejo, I. (2008). Troubles du déficit de l'attention et de l'hyperactivité. Association espagnole de pédiatrie. Récupéré le 18 septembre 2018. Disponible à l'adresse suivante: http://www.aeped.es/sites/default/files/documentos/20-tdah.pdf.
  • Valdecasas, J. (2018). La santé mentale à la croisée des chemins: à la recherche d'une nouvelle psychiatrie pour un monde de plus en plus malade. Plateforme non merci. Récupéré le 18 septembre 2018. Disponible à l'adresse suivante: http://www.nogracias.eu/2018/01/07/la-salud-mental-la-encrucijada-seeking-a-new-psiquiatria-mundo-vez-mas-enfermo-jose -valdecasas /.

REPÉRER UN AVC (Juin 2021).


Articles Connexes