yes, therapy helps!
Enfants surprotégés: 6 erreurs éducatives qui leur nuisent

Enfants surprotégés: 6 erreurs éducatives qui leur nuisent

Mai 25, 2022

Le désir de vouloir que les enfants profitent au maximum de cette étape de la vie peut conduire à la surprotection des enfants avec une facilité étonnante .

Ce qui à première vue peut sembler une aide simple et un support émotionnel peut parfois magnifier et submerger presque tous les domaines de la vie des enfants, ne peut pas développer les compétences personnelles nécessaires pour conquérir l'autonomie peu à peu.

Et c’est que si la surprotection est si préjudiciable, c’est en partie parce qu’il n’est pas toujours facile de la différencier de la gentillesse naturelle que les adultes témoignent aux plus jeunes. C'est pourquoi il est très important de reconnaître les signes qu'un enfant est privé de la possibilité de se développer psychologiquement comme il le devrait grâce à un apprentissage de base.


Falloss éducation et surprotection des enfants

Ci-dessous, vous pouvez voir de nombreuses erreurs fréquentes derrière l’apparition de enfants gâtés et surprotégés .

1. Supposer que l’éducation est une affaire d’école

Certains parents supposent que les seuls défis auxquels sont confrontés les plus jeunes enfants de la maison sont ceux de l'école. C’est-à-dire que le seul endroit où ils devraient s’efforcer de faire les choses est entre les murs de l’école, et que en dehors de celle-ci, les parents ou tuteurs doivent offrir toutes les facilités possibles à titre de "compensation" .

Mais ça ne marche pas comme ça. Les principales compétences intellectuelles et émotionnelles sont acquises en dehors de l’école, ce qui signifie que vous devez faire un effort pour progresser une fois les heures de classe écoulées.


2. Éviter les conflits à tout prix

Certains parents et enseignants préfèrent éviter les problèmes en abandonnant la possibilité de négocier avec les enfants en cas de conflit d'intérêts. L'idée derrière cette stratégie est que l'enfant lui-même ou une fille il réalisera spontanément qu'il a agi capricieusement .

Bien entendu, les résultats ne sont pas aussi positifs qu'on pourrait s'y attendre de cette logique. En fait, une telle stratégie naïve se traduit par quelque chose de très simple: les petits s’en sortent toujours… du moins à court terme, car toujours faire ce que vous voulez est le moyen le plus court de surprotection et le manque de sécurité. autonomie

3. La conviction que la frustration est mauvaise

La vision d'un enfant qui ressent de l'inconfort ou un certain degré de frustration peut devenir presque insupportable pour certains adultes, qui offriront rapidement leur aide et leur protection.


Cependant, c'est pratique perdre la crainte de la possibilité que quelqu'un qui passe par l'enfance puisse éprouver de la frustration , s'il apparaît rapidement.

La frustration est quelque chose que les petits devraient pouvoir prévoir et apprendre à gérer, car sinon, quand personne ne pourra les aider, tout sera une boule et ils devront essayer d'apprendre par des marches forcées quoi faire, sans avoir d'expérience préalable le sujet.

4. Confiance aveugle dans l'apprentissage par procuration

Certains parents et éducateurs sont convaincus que le simple fait de résoudre le problème d'un enfant devant leurs yeux leur fait apprendre la leçon et peut répéter cette stratégie à l'avenir.

C `est vrai que apprendre à travers ce que nous voyons faire, ou apprendre par procuration (concept développé par le psychologue Albert Bandura), est l’un des mécanismes par lequel nous nous adaptons aux défis de la vie, à la fois dans l’enfance et au cours des étapes de la vie. Cependant, en soi, cela ne suffit pas et cela ne peut pas être la seule modalité d'apprentissage.

Pour bien maîtriser une compétition, vous devez participer aux problèmes dans lesquels elle doit être appliquée. Tous ceux qui ont essayé d’enseigner l’informatique le savent: prendre le contrôle de la souris et montrer la séquence de clics nécessaire pour effectuer une opération signifie que le pauvre apprenti oublie immédiatement son programme si vous n'êtes pas familiarisé avec le programme.

5. L'erreur fondamentale des priorités

Une autre erreur courante qui produit une petite surprotection est de supposer que l’objectif de l’éducation est d’être bon pour le garçon ou la fille et d’établir un lien affectif fort.

Ce lien affectif est très important, mais ce n’est pas en soi l’objectif de l’enseignement. Pour cela, Il est préjudiciable de récompenser le manque d’initiative et d’inaction et il est nécessaire de poser des défis raisonnables et prévisibles que les enfants peuvent réaliser. Cela les incitera non seulement à apprendre, mais aussi à se sentir bien en remarquant un sentiment de conquête à chaque fois que quelque chose se passera bien et, bien sûr, sera bénéfique pour leur estime de soi.

6. Le concours de mime

Pour éduquer, il est nécessaire de s'auto-examiner et de réfléchir aux raisons qui nous poussent à traiter les enfants comme nous le faisons.

Et, englobés dans cette tâche d’analyse de ses motivations, il est essentiel que nous arrêtions de chercher à savoir si nous gâchons trop un enfant, simplement à cause de l’image sociale produite par l’éducation de quelqu'un qui répond toujours à tous ses besoins ( que pas forcément heureux).

Surtout dans le cas des parents, cette compétition de mime qui permet de comparer le traitement offert aux enfants avec lesquels amis et voisins cherchent le leur peut être une grande tentation qu’il convient d’éviter; Après tout, chaque personne a une image peu fiable et irréelle de la manière dont elle est éduquée chez d'autres personnes.


Que faire si mon enfant se critique ou se dévalorise? (Mai 2022).


Articles Connexes