yes, therapy helps!
Familles toxiques: 4 causes de troubles mentaux

Familles toxiques: 4 causes de troubles mentaux

Février 21, 2019

Les familles sont l’une des institutions sociales les plus importantes constituent le noyau fondamental de la socialisation et de l'enculturation des individus , surtout dans les premières années de la vie.

Cela signifie que les psychologues, qui sont chargés de veiller au bien-être émotionnel et psychologique des personnes, accordent une attention particulière aux différentes relations interpersonnelles qui se développent au sein des familles. Non seulement les caractéristiques personnelles des individus importent, mais encore faut-il être attentif aux relations qu'ils nouent, en particulier si elles se déroulent en famille. C’est pourquoi la question de familles toxiques C'est tellement important.


  • Article recommandé: "Les 8 types de familles et leurs caractéristiques"

Des familles qui génèrent des problèmes mentaux

La famille n’est pas seulement importante pour éduquer les enfants et promouvoir leur apprentissage, elle génère également une série d’habitudes et de dynamiques qui présentent un grand intérêt en raison de leur influence sur les troubles mentaux pouvant être générés chez l’un de ses membres. En fait, la psychologie observe et étudie avec soin les manières de s’organiser dans la société, et la famille, bien sûr, est l’un des éléments les plus importants.

Il existe plusieurs types de familles. Familles nombreuses, familles de deux membres seulement, familles structurées, non structurées, heureuses, apathiques, violentes ... Tout dépend de la personnalité de ses membres et, bien sûr, des circonstances. De plus, chaque famille (dans le cas où il y a des enfants) a ses propres styles éducatifs: il y a plus démocratique et plus autoritaire, plus ouvert et libéral mais aussi plus fermé et imperméable . Le lien familial qui s'établit entre parents et enfants est essentiel et aura une grande influence sur la personnalité, les convictions et la santé mentale de l'enfant.


Certains relations familiales dysfonctionnelles Les psychologues ont largement étudié la question de la surprotection, de l'abandon, de la violence ou de la projection pour établir des liens entre ces modes de communication et l'apparition de certaines maladies psychologiques et psychiatriques.

Le tabou de la psychopathologie dans le noyau familial

Lorsque les psychologues traitent ces conflits et problèmes dans les familles, il est fréquent que nous recevions toutes sortes de critiques. Nous vivons dans une culture où la famille est une institution fermée. Les membres d’une famille sont très méfiants sur le fait qu’une personne externe évalue et tente de changer la dynamique et les habitudes, parce que les membres de la famille ressentent cela comme une atteinte à leur vie privée et à leurs valeurs les plus profondément enracinées . La famille peut être dysfonctionnelle et créer des problèmes mentaux chez ses membres, mais il est toujours très difficile d’effectuer une thérapie sans rencontrer de réticence et de mauvais visage.


Certaines idées préconçues faussent le travail du thérapeute: "Tout doit rester en famille", "La famille vous voudra toujours bien", "Quoi qu'il arrive, la famille doit toujours être unie". Ce sont des phrases et des idées profondément enracinées dans notre culture et, même si elles parlent apparemment d'unité et de fraternité, ils cachent un regard méfiant et méfiant devant quiconque peut apporter un point de vue objectif sur cette dynamique et les relations familiales (même avec la noble intention d'aider).

Cette conception de la famille provoque beaucoup de douleur, de détresse et de désespoir chez les personnes qui ont le sentiment que leurs proches n’ont pas été à la hauteur de la situation, qu’ils n’ont pas été inconditionnellement à leurs côtés et les ont soutenus. Dans des cas extrêmes, tels que ceux qui ont subi un type de violence, les conséquences négatives sur le bien-être émotionnel peuvent être graves.

Toutes les familles ne sont pas des nids d'amour, de confiance et d'affection. Il y a des familles dans lesquelles des situations de stress permanent sont générées et dans lequel un (ou plusieurs) de ses membres provoque un malaise et des souffrances à un autre membre. Parfois, il peut s'agir d'un préjudice causé involontairement, sans mauvaise intention, et chez d'autres, il peut y avoir des facteurs qui conduisent réellement à la haine et à la violence, physique ou verbale. Dans d'autres cas, le problème n'est pas aussi évident et concerne davantage le style éducatif utilisé par les parents ou la "contagion" d'insécurités ou de problèmes de certains membres à d'autres.

Les familles toxiques et leur relation avec les troubles mentaux de ses membres

L’intention de ce texte n’est pas de rappeler les erreurs des pères et des mères, mais oui, il semble approprié d'essayer de faire la lumière sur certains mythes et malentendus culturels qui font de certaines familles un véritable désastre . La cohabitation au sein d'une famille toxique est absolument dévastatrice pour chacun de ses membres, ce qui a des conséquences directes avec l'apparition de certaines psychopathologies associées au fait de devoir faire face à de fortes doses de pression, de stress et même de maltraitance.

Nous allons connaître au total quatre façons dont les familles toxiques contaminent certains de ses membres, pouvant causer des troubles mentaux et du comportement.

1. Libellés et rôles: l’effet Pygmalion et son influence néfaste sur les enfants

Tous les parents ont parfois apposé une étiquette sur notre enfant. Des phrases telles que "l’enfant est très ému", "est honteux" ou "a un mauvais caractère" sont des exemples de phrases qui, bien que les adultes ne s'en rendent pas compte, ils ont un impact émotionnel fort sur nos enfants . Ces phrases, dites mille fois dans l'environnement familial, finissent par affecter gravement les enfants.

Bien que nous ne voulions pas donner d'importance, ces étiquettes affectent l'identité de l'enfant, sa perception et sa valorisation. Bien que l'enfant puisse ne pas avoir vraiment honte, entendre cet adjectif à plusieurs reprises dans les membres de sa famille qu'il admire crée un précédent sur la manière dont il devrait se comporter ou agir, en fonction des attentes générées. C’est ce que l’on appelle la prophétie auto-réalisatrice ou l’effet Pygmalion, puisque le rôle ou l'étiquette que les adultes ont imposé à l'enfant finit par devenir une réalité .

Par conséquent, étiqueter un enfant est un moyen de contaminer son comportement, en inculquant certaines idées essentialistes sur ce qu'il est ou ce qu'il cesse d'être. Pour couronner le tout, ces étiquettes sont faciles à diffuser et sont souvent répétées jusqu'à épuisement par les enseignants, les amis de la famille et les voisins, devenant de plus en plus encombrées dans l'environnement immédiat de l'enfant, ce qui aggrave le problème.

2. Les amoureux qui tuent

De nombreux pères et mères utilisent une maxime récurrente qu'ils répètent toujours à leurs enfants: "personne ne va vous aimer comme nous le voulons". Cette phrase, même si elle est très juste, laisse souvent supposer que beaucoup de gens qui se sentent mal aimés dans leur environnement familial présument qu’ils n’ont en quelque sorte pas le droit de se sentir mal, car tout ce que leur famille a fait est mal. "Pour votre bien". Ceci, dans les cas extrêmes, cela peut ne mener à aucun cas d'abus ou de mauvais traitement .

Nous devons commencer à redéfinir l'amour fraternel d'une manière plus saine. L'amour d'une famille est évident, mais il y a des amours incompris, aime que tuer. Partager des gènes avec quelqu'un n'est pas une raison pour que quelqu'un pense avoir le droit de vous faire du mal, de vous manipuler ou de vous contraindre. Le fait d’être apparenté à une personne implique le partage d’un fardeau génétique et biologique, mais le lien émotionnel va bien au-delà et la première n'est pas une condition indispensable pour la seconde, ni la cause. Les gens mûrissent et apprennent quelle est la famille de notre famille et ce n’est pas écrit dans le livre de famille.

Jeter les bases des relations familiales dans le respect est le premier pas vers une meilleure compréhension de nos identités et de nos espaces.

3. Parents surprotecteurs

L’une des tâches les plus difficiles pour les parents en matière d’éducation de leurs enfants est maintenir un équilibre entre les normes de comportement et les habitudes de comportement et aimer et gâter les plus petits de la maison . Dans ce cas, les extrêmes ne sont pas recommandables et, alors que certains parents font preuve de négligence et négligent leurs enfants, d’autres sont surprotecteurs et sont trop protecteurs.

Ce style de parentalité n’est pas du tout positif, car l’enfant ne fait pas face à des situations sociales ou à un risque contrôlé par la surprotection exercée par ses parents, avec lesquels il ne vit pas les expériences nécessaires pour pouvoir mûrir et faire face aux siennes. les défis Avec ce style d'apprentissage, la plupart des enfants deviennent un peu plus précaires et au chômage que les autres. Les enfants ont besoin d’explorer leur environnement, bien sûr, avec l’aide d’une figure attachée comme le père ou la mère, mais La surprotection peut nuire à l'apprentissage et à la confiance en soi .

Pour que l'enfant puisse développer et explorer le monde qui l'entoure de manière indépendante, nous devons lui apporter soutien et aide, mais cet attachement ne doit pas être confondu avec un contrôle excessif.

4. Désirs et insécurités projetés chez les enfants de la maison

Être père est non seulement une grande responsabilité, mais aussi l'obligation de prendre soin et d'éduquer un être humain dans toute sa complexité. Personne n’est obligé d’avoir des enfants. Dans nos sociétés, c’est un choix personnel qui peut dépendre de multiples facteurs, tels que la stabilité économique ou la capacité de trouver un partenaire idéal, mais c’est aussi une décision que nous prenons de manière très personnelle.

Si nous considérons cela, avoir des enfants peut être planifié et donc nous devons en assumer la responsabilité. Les enfants ne doivent pas servir à résoudre les problèmes d'un couple ou de se sentir respecté par les autres, encore moins un moyen de transférer nos frustrations et nos désirs non réalisés à une autre personne.

Tous les parents veulent que notre fils soit le plus intelligent de la classe et le meilleur du sport, mais nous devons éviter à tout prix de supporter la pression de nos désirs . Si, dans votre jeunesse, vous étiez un joueur de football de deuxième division qui ne pouvait pas devenir professionnel à cause d’une blessure, ne forcez pas votre fils à devenir un joueur de football professionnel. Essayer de comparer ou de faire pression sur un enfant pour qu'il soit ce que vous voulez être ne conduit pas seulement à une situation de vulnérabilité émotionnelle, mais peut aussi réduire son estime de soi et le libre développement de sa personnalité. Laissez-le se débrouiller et décide par lui-même, donnez-lui votre soutien et les conseils nécessaires, mais ne projetez pas en lui ce que vous auriez voulu être.

Références bibliographiques:

  • Ackerman, N. (1970). Théorie et pratique de la thérapie familiale. Buenos Aires: Proteo.
  • McNamee, S. et Gergen, K.J. (1996) La thérapie en tant que construction sociale. Barcelone: ​​Paidós.
  • Minuchin, S. (1982). Familles et thérapie familiale Buenos Aires: Gedisa.

Famille, la pièce rapportée (Pervers narcissique, manipulateur, PN, MPN) (Février 2019).


Articles Connexes