yes, therapy helps!
Que se passerait-il si les groupes souffraient de troubles de la personnalité?

Que se passerait-il si les groupes souffraient de troubles de la personnalité?

Avril 22, 2019

Nous sommes des êtres sociaux, il est donc impossible d'ignorer le rôle des groupes dans nos vies. Être des groupes d’appartenance, tels que la famille ou une référence, en tant que tribu urbaine, Nous sommes toujours en relation directe avec un type de groupe . Ce fait ajouté au principe Gestalt selon lequel "le tout est plus que la somme des parties", justifie le groupe en tant qu'unité d'analyse et le paradigme théorico-pratique de la Psychologie des groupes .

Que se passerait-il si un groupe de personnes avait un trouble de la personnalité?

Comprendre le groupe comme étant supérieur à la somme de ses membres implique que vous ne pouvez pas comprendre le groupe comme une extrapolation des comportements individuels des personnes qui le composent . Il n'est même pas possible de dicter qu'une même personne développe les mêmes processus individuellement et en groupes; et donc le rôle thérapeutique des groupes.


Maintenant, s’ils peuvent être thérapeutiques, les groupes pathologiques peuvent-ils aussi être configurés? Avec cette émission en direct, passons à la vision de groupe et voyons quelles fonctionnalités les groupes pourraient avoir s'ils tombaient malades. Qui sait ... ferons-nous partie d'un groupe pathologique?

Cela peut vous intéresser: "Troubles de la personnalité: mythes et réalités"

1. Groupe paranoïaque

Le paranoïa il apparaît lorsque les illusions conduisent à une déformation de la réalité et à la méfiance. Dans une vision de groupe, se traduit par un groupe avec un déficit de commentaires intra et intergroupe . Nous nous référons ici au fait qu’aucun feedback externe n’est offert, ni entre les membres eux-mêmes.


Par conséquent, le groupe développe beaucoup d'inférences pour ne pas contraster l'information, n'exprime pas son interprétation et ne sait pas si elle est correcte. Cela rend le groupe méfiant, source de rumeurs et de multiples versions du même ou Ils sont coincés dans une phase de création de normes et de confiance, testant constamment l'opinion et l'engagement de leurs membres pour pouvoir dire «oui, c'est comme ça» et gagner en sécurité.

2. Groupe des schizoïdes

On peut penser qu'une personne schizoïde il ne peut pas intégrer un groupe, en raison de son indifférence envers les relations sociales. Maintenant, voyons un groupe et observons un "groupe" schizoïde.

Cet isolement se manifesterait au niveau du groupe par une membrane rigide et imperméable. La membrane de groupe est l’élément structural qui aide à définir les limites du groupe et à réguler sa communication avec l'extérieur . De cette manière, alors qu'il gagne en rigidité, l'interaction du groupe avec son environnement est entravée. Dans ce cas, les effets sont bidirectionnels. non seulement les informations ne sont pas fournies par le groupe comme dans le cas d'une paranoïaque, mais elles ne sont pas reçues non plus.


3. Groupe schizotypique

Vous avez sûrement déjà été connecté à un groupe qui, avant une phrase sans signification, tous ont ri à haute voix et vous avez demandé "que se passe-t-il ici?". C’est l’une des formes d’expression de la culture de groupe, de la façon dont le groupe évolue au fil du temps et qui gagne en cohérence en tant qu’entité particulière à travers des règles, des formes de relation, des rôles, des thèmes, etc. caractéristiques.

Cela pourrait être compris comme la réalité du groupe. Cependant, si cette réalité devient complexe et commence à différer de l'exogrupal - extérieur au groupe -, nous sommes dans un groupe schizotypique , avec une distorsion de la réalité; un groupe qui n’a nulle part où le comprendre car il semble qu’il ne parle pas notre langue.

4. Groupe antisocial

Une des raisons pour former des groupes est la recherche de la sécurité; le groupe comme une bouée de sauvetage. Avoir la possibilité de gagner la confiance de plusieurs personnes il nous fournit un environnement sûr où nous pouvons établir un lien . Pour ce faire, il est nécessaire de créer des normes de groupe, qu'elles soient explicites - exprimées verbalement - comme implicites - celles qui ne sont pas dites, mais tout le monde le sait -.

Cependant, le désordre antisocial a certains problèmes avec les normes, et dans les groupes antisociaux concrètement avec les normes d'interaction intergurale. En même temps que le groupe établit des normes intra-groupe pour assurer leurs relations, il les établit également entre groupes afin de savoir comment interagir avec l'environnement. Si ce dernier échoue, nous trouvons un groupe qui viole l'intégrité des autres, qui ne respecte pas la membrane du groupe des autres groupes et les formes dysfonctionnelles de la relation exogrupale.

5. Groupe limite

Le trouble borderline est l’un des plus complexes au niveau individuel et aussi dans son développement de groupe. Un groupe limite est un groupe avec une activité de groupe axée sur le niveau affectif . C'est un groupe qui ne gère pas et n'exprime que, de sorte qu'il se caractérise par l'absence d'espace pour la réflexion et uniquement pour l'action.

Cela conduit à des relations impulsives découlant du climat émotionnel du groupe à cette époque, intergroupement très dysfonctionnel depuis ils ne prennent en compte ni la sémantique ni la pragmatique communicative . C'est-à-dire qu'ils ne contrôlent pas ce qu'ils expriment ou comment ils l'expriment, et ils ne traitent pas de ce qu'il faut faire avec la bombe qu'ils viennent de lancer, les amenant à des relations autodestructrices avec l'environnement et avec le groupe lui-même.

6. Groupe de stupéfiants

La phrase du narcicisme explique que le succès est tout: "la fin justifie les moyens". Pour cette raison, le groupe narcissique est un groupe totalement orienté vers la tâche, mais l'objectif n'est ni la productivité ni la performance, mais le statut obtenu en effectuant la tâche .

Ce sont des groupes qui vivent dans une relation continue de compétitivité, puisque leur identité de groupe est basée sur l'accomplissement de la tâche et sur la comparaison sociale avec d'autres groupes. Wow, si j'obtiens tous mes objectifs et me compare ensuite à ceux qui ne l'ont pas encore fait, je m'évaluerai positivement. Nombreux sont ceux qui se sont peut-être souvenus de certains groupes de travail dans les studios ou dans le secteur du travail, dont on pense "à quel point il leur en coûte peu de se taper la tête".

7. Groupe Histrionic

L'histrionic aussi il aime être le centre d'attention , mais dans ce cas émotionnellement. Ce fait caractérise déjà les groupes histrioniques, leur orientation socio-émotionnelle. Si vous confiez une tâche aux groupes histrioniques, n’attendez pas de la voir terminée, ils échouent à exprimer les émotions qui les éveillent.

C'est juste un autre dysfonctionnement, une expression émotionnelle continue, mais sans gestion, car l'attention cesserait si les conflits émotionnels étaient résolus . Dans ce cas, le climat émotionnel redevient la clé, le thème central des relations intra et intergroupes, ainsi que la recréation de conflits sans y mettre fin.

8. Grupo Evitativo

Ce type de groupe ressemble au schizoïde en ce qu'il ne maintient pas de relations d'exogroupe. Ceci est expliqué par le fait qu’au niveau individuel, le trouble évitant est caractérisé par le retrait social dû à la peur du rejet . Comprenant le niveau du groupe, le groupe anticipe les interactions négatives intergroupement, de sorte que sa membrane soit rigide et imperméable.

Cependant, tout leur intérêt réside dans ces interactions avec d'autres groupes, même s'ils n'en ont pas, caractérisant leurs relations internes par le biais de la communication entre les groupes. Le fait qu’ils parlent de quelque chose qu’ils ne connaissent pas implique que fausser leurs connaissances et la réalité des autres groupes . Ils vivent ainsi dans une comparaison sociale constante entre ce que nous sommes et ce qu’ils sont, à partir desquels ils forment leur structure. Vous pouvez être enthousiasmé par certains groupes qui, une fois dans leur groupe, n’ont parlé que d’un autre groupe!

9. Groupe dépendant

Ces groupes peuvent être confondus avec des sous-groupes, car ils doivent toujours aliéner d'autres groupes. Le groupe dépendant est caractérisé par la subordination à d'autres groupes et par une communication intergroupe avec un commentaires pas réaliste La subordination est donnée par le fait de ne pas avoir un leadership clair ou excessivement délégué, qui n'assume pas de responsabilités et laisse le groupe sans locaux à suivre.

Dans ce contexte, les processus de groupe sont délégués à d'autres groupes, tels que la gestion des tâches ou la prise de décision. En outre, il est nécessaire de rester en contact avec l'autre groupe, de sorte que les réactions ne sont pas établies et encore moins si elles sont négatives. C'est-à-dire que le groupe peut être suborné à un autre qui peut mener à la ruine et ne rien dire; Je ferme la collision avec l'iceberg et le Titanic coule!

10. Groupe obsessionnel-compulsif

Si quelque chose caractérise le trouble obsessionnel-compulsif, il est rigidité cognitive dans les recommandations et la compulsion comportementale . Maintenant, avec la vision du groupe, la rigidité est transférée à la structure du groupe. Les groupes du COT seraient ceux avec un grand nombre de normes rigides, à la fois prescriptives - ce qui devrait être fait - et proscriptives - ce qui ne devrait pas être fait.

Tant qu’ils seront transgressés, ils auront de lourdes sanctions, avec une réduction considérable du statut . De même, ils ont également une rigidité dans les rôles, définissant quelle position et quelle fonction remplit chaque membre. Par conséquent, ce sont des groupes dans lesquels la socialisation de nouveaux membres est difficile et dans lesquels la rigidité structurelle régit également les formes inflexibles des relations intergroupes.

Conclusions et nuances

Le classement précédent ce n'est pas un diagnostic pour les groupes , mais il peut être utilisé pour prendre en compte la manière dont les modifications structurelles et procédurales peuvent provoquer des dysfonctionnements de groupe.

Quand les règles du groupe de travail deviennent strictes, la famille est le thème principal et comment, avec les amis, les conflits qui surviennent sont discutés et gérés, mais sans intention claire de les résoudre. C’est ainsi que l’on peut observer qu’un groupe peut être pathologique , voyez que le groupe lui-même a de la personnalité et, au final, apportez-lui l’apparence du groupe.

Références bibliographiques:

  • Gil, F. et Alcover, F. (1999). Introduction à la psychologie de groupe. Madrid: pyramide.
  • Palacín, M. et Aiger, M. (2014). Communication de groupe. Dans R.Martínez et J. M. Guerra (Coords.), Aspects psychosociaux de la communication (Chapitre 14, p. 193-206). Madrid: pyramide.
  • Sánchez, J. C. (2002). Psychologie des groupes. Théorie, processus et applications. Buenos Aires: McGraw-Hill.

The Greater Good - Mind Field S2 (Ep 1) (Avril 2019).


Articles Connexes