yes, therapy helps!
Conclusions

Conclusions

Juin 18, 2022

Actuellement, lorsque vous souhaitez enquêter sur des troubles mentaux lors d'expérimentations sur des animaux, vous utilisez généralement des souris génétiquement modifiées pour produire ces troubles, qui sont très invasifs et, bien sûr, nocifs pour ces animaux.

Cependant, une découverte récente liée à un poisson curieux ouvre la porte à la possibilité d'enquêter sur les troubles mentaux sans altérer les gènes des espèces domestiques.

Le cas du poisson des cavernes sans yeux

Dans la nature, nous pouvons trouver des êtres qui fascinent les plus curieux et qui font l’objet d’études par des chercheurs qui souhaitent percer tous leurs secrets. Un cas très particulier est le poisson connu sous le nom de tétra du Mexique (Astyanax mexicanus) .


Cette espèce aquatique rare a une particularité: elle existe sous deux formes différentes, l’une avec les yeux et l’autre sans elles. La première forme vit dans les rivières, tandis que l’autre, en plus d’être albinos, vit dans des zones aquatiques situées à l’intérieur de certaines grottes et que ses cellules oculaires se sont dégradées au fil du temps pour vivre dans le noir et économiser de l’énergie. votre étude peut donc révéler davantage de données sur les gènes qui participent à la formation des yeux.

Et c’est ainsi que Masato Yoshizawa (biologiste à l’Université d’Hawaï) et son équipe ont choisi cet animal pour effectuer des essais. La chose la plus surprenante est que cet animal pourrait avoir plus de secrets, non seulement être un cas de perte d'organe, mais également devenir un bon modèle pour l'étude des maladies mentales chez l'homme, telles que l'autisme ou la schizophrénie. Voyons comment cela s'est passé.


L'étude comparative pour comprendre les troubles mentaux

Grâce à l’existence de ces deux populations au sein d’une même espèce, il a été possible d’étudier leur code génétique. , en effectuant des croisements au niveau du laboratoire, car la reproduction entre les deux est possible. Dans ce processus, il est possible de quantifier une caractéristique et sa répartition dans sa progéniture, technique utilisée par Gregor Mendel, père de la génétique, dans son étude des pois. Pour donner un exemple, on sait qu’une mutation d’un gène appelé "cbsa" est responsable d’une population qui ne développe pas les yeux.

Au cours de leurs investigations, Yoshikawa et ses collaborateurs ont considéré que les deux populations de tétra n'étaient pas seulement différenciées par leur apparence physique, mais qu'il y avait également une grande différence dans leur comportement social. Ceux qui habitent les eaux de surface sont sociables et ont même une structure sociale entre eux. D'autre part, les hommes des cavernes sont des solitaires, en fait, ils rejettent la société. En outre, ils présentent des symptômes d'anxiété et d'hyperactivité et ne dorment jamais.


Gardant ces données à l'esprit, lors d'une première expérience, Yoshikawa a de nouveau traversé les populations pour voir dans quelle mesure cette différence de comportement social est génétiquement enracinée ou repose sur des comportements appris dans un contexte spécifique.

Médecine du poisson des cavernes

Les résultats de leurs essais ont été présentés à la 23e Conférence internationale sur la biologie souterraine à Fayeteville, dans l'Arkansas. Yoshikawa dit que 90% des 101 gènes classiques liés au risque de développer une maladie mentale chez l'homme sont présents dans le génome tétra mexicain. Des données qui pourraient transformer cet animal en un nouveau modèle pour l’étude de ces maladies.

Mais la chose ne s'arrête pas là, car lors d'un autre essai, il a traité le poisson isolé avec l'antidépresseur psychodrug Fluoxetine (également connu sous le nom de marque Prozac) en association avec l'antipsychotique Clozapine, le rendant ainsi sociable, réduisant anxiété, qu'ils nagent moins fréquemment et qu'ils puissent dormir. L'équipe de Yoshikawa souhaitait ainsi démontrer que ces poissons réagissaient de la même manière que le ferait un patient humain.

Conclusions

L’importance que vous souhaitez attribuer à cette constatation est d’avoir un animal présentant des «symptômes» présents dans l’autisme ou la schizophrénie, tels que l’absence de sommeil, l’hyperactivité ou l’anxiété, et tout cela naturellement.

Il reste encore beaucoup à faire et d’autres tests à effectuer, mais pour l’instant, il apparaît que le tetra fish mexicain peut devenir un nouvel outil pour suivre les études sur les troubles psychiques, tant au niveau génétique que lors de la recherche de nouveaux médicaments. Même dans ce cas, certains experts soulignent que ce modèle présente une limite, puisqu'il s'agit d'un poisson, car l'homme et le poisson sont séparés par 400 millions d'années d'évolution et que les résultats ne peuvent pas être extrapolés aussi légèrement.


JALESIA - Conclusions (Juin 2022).


Articles Connexes