yes, therapy helps!
Henri Wallon: biographie du fondateur de la psychologie génétique

Henri Wallon: biographie du fondateur de la psychologie génétique

Septembre 18, 2019

La perspective génétique est l'une des caractéristiques essentielles qui définissent la psychologie de Henri Wallon . On peut dire qu'il est le fondateur de la psychologie génétique, une manière originale de comprendre l'esprit de l'individu à travers son histoire.

Passons en revue les idées clés les plus importantes pour comprendre la théorie ambitieuse de Wallon sur la manière dont l’esprit humain est généré et développé dès l’enfance et dès les premières étapes de la croissance. Nous passerons en revue sa biographie et ses principales découvertes et théories.

Biographie de Henri Wallon

Wallon, un psychologue et philosophe français né en 1879 et décédé en 1962, est considéré, avec Freud et Piaget, comme un "fondateur oublié" de la psychologie moderne. Probablement en raison de son idéologie marxiste, qui imprègne toute sa théorie, et de l’importance que d’autres travaux de l’époque ont traduite en anglais.


Wallon a estimé qu'il n'était pas possible d'étudier l'esprit d'une manière qui ne soit pas conjointe . Tandis que les structuralistes essayaient d'étudier chaque composant de l'esprit séparément, il combinait affectivité et intelligence et étudiait la psyché dans son ensemble.

Il parvient à mettre fin au dualisme classique de la psychologie: la psychologie de l'esprit, des fonctions mentales, par opposition à la psychologie plus physique, celle de l'étude du système nerveux. Wallon insiste sur le fait que les deux aspects non seulement coexistent mais se complètent. Il est impossible de comprendre l'être humain sans passer par ses facultés et son système nerveux.

Cette conciliation des contraires s'appelle le matérialisme dialectique, un héritage marxiste. C'est pourquoi, quand on parle de Wallon, on dit qu'il est un psychologue dialecto-génétique. Dialectique parce qu'il propose un "dialogue" entre les peuples traditionnellement opposés et génétique car le plus important pour comprendre l'esprit est de le concevoir à partir de la genèse.


Psychologie génétique

Que comprenons-nous exactement par psychologie génétique? Henri Wallon lui-même le définit comme suit: "La psychologie génétique étudie la psyché dans sa formation et dans ses transformations".

La psychologie génétique de Wallon est une méthode d'analyse originale. A l'instar de son contemporain Piaget, il a critiqué l'approche ahistorique des psychologues de la Gestalt. Wallon était très conscient de la nécessité d'étudier l'esprit et son développement depuis la naissance pour le comprendre tel qu'il se produit à l'âge adulte, à la suite d'une histoire de transformations. Il établit ici un parallèle avec Vygotsky, qui insiste également sur la découverte de la genèse du comportement pour expliquer son développement.

Wallon est-il psychologue pour enfants? Bien qu'il ait parlé de l'esprit humain à travers les caractéristiques de l'enfant, il l'a fait parce qu'il affirmait que seule la compréhension de la psyché infantile et de son évolution pouvait permettre de connaître l'esprit adulte. Le fait d’étudier la psychologie de l’homme adulte une fois formé et consolidé n’était pas logique, c’est comme essayer d’apprendre comment un tableau est peint et le contempler ensuite.


Le développement de l'enfant selon Wallon

Wallon assume une série de principes qui marquent le développement. Pour lui, bien que l'évolution de l'enfant se déroule dans plusieurs directions à la fois, il y a toujours une fonction qui se démarque et qui est caractéristique de chaque étape.

Il n'est pas non plus en faveur d'une approche quantitative du développement. De nombreux psychologues ont compris que l'enfant était un adulte à qui il manquait encore certaines fonctions spécifiques, une posture égocentrique qui le considérait comme un adulte potentiel qui ajoute des étapes de développement. Wallon défend qu'il est nécessaire de voir le développement tel qu'il est, et non pour ce qui va "devenir", en observant les étapes d'évolution respectives et en tenant compte des différences entre eux.

Wallon se rend compte que le développement n'est pas une ligne continue; les activités caractéristiques d’une étape ne se poursuivent pas toujours à l’autre, mais il en surgit souvent d’autres qui se substituent à elles ou deviennent contraires. Elle propose que le développement oscille: chaque étage est marqué par une orientation vers l'intérieur ou l'extérieur et cette caractéristique alterne entre chaque étage.

1. Stade de l'impulsivité motrice (0 à 6 mois)

L'étape est nommée d'après l'activité principale exercée par l'enfant: répondre aux impulsions internes et externes et exécuter des mouvements sous forme de décharge d'énergie. C'est une phase tournée vers l'intérieur, ou centripète, comme dit Wallon.

2. Stade de développement émotionnel (7-12 mois)

À ce stade centripète, l'enfant développe les réponses émotionnelles qui lui permettront d'interagir avec son environnement social de la manière la plus primitive.Les enfants, par l'expression émotionnelle, établissent un contact avec les autres et deviennent progressivement partie intégrante d'un monde de significations partagées.

Pour Wallon, les émotions ont leur origine dans les sensations internes ressenties par le nouveau-né, voire par le fœtus. Ces états affectifs globaux se reflètent dans des activités motrices (par exemple, l'enfant qui serre les bras lorsqu'il est heureux) que d'autres interprètent comme une représentation d'un état interne, mettant l'accent sur la fonction sociale. C'est à travers cette socialisation que les émotions passent de simples réactions physiologiques à des expressions de communication.

3. Stade sensorimoteur et projectif (2-3 ans)

À ce stade, l’enfant commence à explorer le monde physique qui l’entoure grâce aux nouvelles compétences linguistiques et de locomotion. C'est donc une étape centrifuge. Selon Wallon, le nourrisson ressent le besoin d'enquêter sur son environnement. Comme la sensibilité est déjà bien développée, elle le fera par les sens. Il ramassera des objets et les portera à sa bouche pour mieux les explorer.

C'est à ce stade, d'ailleurs, qu'il participe à ce que Wallon appelle "des jeux en alternance". Ce sont des jeux au tour par tour où l’enfant alterne entre deux pôles de la même situation: les positions actives et passives. Par exemple, jouez attrapé puis jouez pour être attrapé, cachez-vous puis cherchez la cachette, lancez une balle et recevez-la. Cela reflète la capacité de l'enfant à séparer son existence de celle des autres. Pour vous reconnaître comme un "je" et commencer à cristalliser votre ego différemment des autres.

4. Stade de personnalisme (3-6 ans)

C'est un stade centripète marqué par l'individualisme. L'utilisation de la première personne, l'appropriation de tous les objets qu'il voit et l'opposition sont le reflet de la cristallisation du moi de l'enfant. L'enfant commence à présenter des caractéristiques narcissiques et cherche l'approbation des autres. En fin de compte, non content de son propre comportement, il commence à rechercher des modèles de comportement chez les autres et acquiert un nouveau répertoire par imitation.

5. Phase de catégorie (6-11 ans)

Le dernier stade de l’enfance est caractérisé par l’utilisation de l’intellectuel plutôt que par l’affectif. La scolarisation permet aux compétences intellectuelles telles que la mémoire et l'attention de prendre une place centrale Au fur et à mesure que l'intelligence se développe, elle est capable de créer des catégories et, plus tard, de penser de manière abstraite.


Henri Tournelle - Authentique - Conte wallon / borain (Septembre 2019).


Articles Connexes